Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a plaidé récemment pour une reconnaissance des Petits États Insulaires en Développement (PEID) au niveau des Nations unies.

« Les PEID ainsi que les États insulaires d’Afrique méritent une considération spéciale aux Nations Unies. Maurice joue un rôle actif auprès de la communauté internationale pour que la voix des petits États insulaires soit entendue comme elle se doit » , a affirmé Vishnu Lutchmeenaraidoo dans le contexte d’une signature d’accord entre la Commission de l’Océan Indien, dont il est le président, et la Division des affaires politiques des Nations unies (UNDPA) représentée par le Secrétaire général adjoint des Nations unies, Tayé-Brook Zerihoun.

Aux termes de cet accord, la COI abritera une cellule régionale de l’UNDPA qui bénéfi ciera à la région en termes de stabilité et de sécurité. Le Chef de la diplomatie mauricienne s’est félicité de ce développement et a souligné le rôle primordial de Maurice et de la COI pour promouvoir un environnement sécurisant dans la zone.

Le ministre des Affaires étrangères a rappelé la tenue de la conférence ministérielle sur la sécurité à Maurice au mois d’avril 2018 et qui a débouché sur des actions concrètes face aux risques sécuritaires de la région dont le trafic de drogues, les armes et la piraterie, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), le terrorisme, la pollution maritime et le pillage des ressources marines. Le nouvel accord UNDPACOI va dans le droit fi l du renforcement des moyens de la région pour lutter contre la criminalité organisée et favoriser les conditions d’un développement durable des États membres de la COI.

Pour Maurice qui revendique résolument son statut d’État océan, l’enjeu est de taille. Il en est de même pour l’ensemble des pays de la COI, compte tenu de leur vulnérabilité insulaire et de leurs capacités inadéquates.