Plus de trois ans après l’organisation du 29e séminaire des secrétaires généraux de l’Association des comités nationaux olympiques africains (Acnoa), l’île Maurice sportive s’apprête à accueillir un autre événement d’envergure, savoir, la 47e session du comité exécutif et l’assemblée générale de cet organisme. Si le mois de novembre a été finalisé, le lieu de la manifestation ne l’a pas encore été. Le Centre de Conférences de Grand-Baie et le Centre Vivekananda à Pailles sont les options.
Le choix a été porté sur Maurice lors de la 46e session de l’Acnoa qui s’est tenue au début de cette semaine à Sao-Tomé et Principe. « Ce sera encore plus grandiose que le séminaire des secrétaires généraux, avec la présence des représentants de 53 pays africains », a souligné Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM) et 3e vice-président de l’Acnoa, au cours d’un point de presse tenu hier en fin de matinée.
Ce dernier est d’autant plus heureux, car cet événement sera marqué par la venue du président du Comité international olympique (CIO), l’Allemand Thomas Bach, et celle du président de l’Association des comités nationaux olympiques, le Koweïtien Ahmad Al-Fahad Al-Sabah.
Thomas Bach, neuvième président de l’histoire du CIO, avait décroché la médaille d’or en escrime lors des Jeux Olympiques de Montréal en 1976 sous les couleurs de l’Allemagne de l’Ouest et le titre de champion du monde l’année suivante. Successeur de Jacques Rogge, il avait devancé Sergey Bubka, Richard Carrion, Ng Ser Miang, Denis Oswald et Wu Ching-Kuo lors des élections tenues en septembre 2013 en Argentine. À 61 ans, Thomas Bach sera donc le deuxième président du CIO présent à Maurice, après l’Espagnol Juan Antonio Samaranch au début des années 1980.
De son côté, Sheik Ahmad Al-Fahad Al-Sabah, membre du CIO depuis 1992, a occupé plusieurs postes de responsabilité dans son pays, étant successivement ministre de l’Information, de l’Énergie et de la sécurité nationale. Également vice-président de la Fédération internationale de handball, il a été un adepte de l’équitation et du tir au pistolet. Certains avancent même qu’il aurait joué un rôle déterminant dans l’élection de Thomas Bach. Il est à noter que la tenue de cette session coïncidera avec l’inauguration du Musée olympique à Trianon.
Concernant la session tenue à Sao-Tomé et Principe, un sujet de brûlante actualité y a été abordé : les Jeux d’Afrique prévus au Congo-Brazzaville en septembre prochain. « Cette compétition continentale se trouve à la croisée des chemins », avance d’emblée Philippe Hao Thyn Voon. Et ce, du fait qu’ils sont organisés par l’Union africaine et un organisme ministériel connu comme Luxa et qui ne sont pas reconnus par le CIO.
De ce fait, plusieurs disciplines ne pourront être qualificatives pour les Jeux Olympiques de Rio, d’où, la tenue d’une réunion en Éthiopie le 26 courant pour des modalités et un contrat à être signé avec l’Acnoa afin qu’elle donne son feu vert concernant la qualification olympique. Au cas contraire, une autre échéance devra être organisée. Quoi qu’il en soit, il a déjà été décidé que les prochains Jeux d’Afrique prévus en 2019 seront organisés par l’Acnoa.
Pour ce qui est de la prochaine édition des JO, une Africa House sera instituée, comme cela avait été le cas à Londres en 2012. Le président du COM, responsable de la Commission Marketing au sein de l’Acnoa, a été nommé à la tête de cette manifestation. Il aura ainsi une rencontre avec le vice-Premier ministre et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval, la semaine prochaine, car chaque pays devra présenter un stand.