Pour aider les enfants à mieux comprendre les médias et à développer une attitude réfléchie vis-à-vis de l’information, la section primaire du Lycée La Bourdonnais a organisé une Semaine de la presse. Une exposition, préparée par les enfants, leurs enseignants et la responsable de la Bibliothèque Centre Documentaire (BDC) permet ainsi de parcourir le travail entrepris et ouvrir une fenêtre sur les différents types de médias existants.
« La liberté d’expression veut dire être libre d’écrire », selon Sébastien, élève de CM2-1, qui a participé aux réflexions sur le thème. Son camarade de classe, Adrien, tient lui à apporter une précision : « Il faut tout dire, mais il ne faut pas exagérer. Charlie Hebdo, par exemple, en a fait un peu trop. » Gabriel, lui, pense « qu’il faut tout dire, mais il faut que ce soit vrai. »
Cette petite discussion démontre que les élèves ont désormais une connaissance de base des réalités de la presse. D’ailleurs, au cours de cette activité, ils ont pu découvrir les différentes étapes de la réalisation d’un journal, en visitant une entreprise de presse ; ont eu une interaction avec les responsables et des journalistes d’un groupe de presse ; ont appris à faire la différence entre un journal et un magazine ; la périodicité des publications… et bien d’autres éléments du monde des médias.
Sonia Le Blanc, responsable de la BDC, explique que cette semaine de la presse est une initiative du Centre de Liaison, de l’Enseignement et des Médias d’Information (CLEMI), sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale en France. « Cette activité a pour but de favoriser la rencontre entre le monde éducatif et les professionnels des médias, tout en aidant les enfants à développer une attitude réfléchie vis-à-vis des médias. »
Tous les élèves de la section primaire ont participé à cette Semaine de la presse, mais en fonction de leur capacité de compréhension. « Nous avons introduit les réflexions à partir des groupes de six ans. Pour l’exposition, ce sont les grands du 3e cycle – CE2, CM1 et CM2 – de 9 à 11 ans, qui s’en sont occupés », précise Sonia Le Blanc.
Enthousiasme et réflexions
Pour cela, elle a pu compter sur les élèves qu’elle a eus en Activité Pédagogique Complémentaire (APC) ainsi que sur des volontaires qui y ont consacré leurs grandes récrés. « Il y a eu beaucoup d’enthousiasme. Il y a des jours, j’ai dû refuser des volontaires car il n’y avait pas suffisamment de place dans la salle. »
L’exposition se décline ainsi en trois parties : le contenu des médias, le vocabulaire lié à ce secteur, faire la différence entre un journal, une revue, un magazine ; entre un quotidien et un hebdomadaire ou un mensuel, entre autres.
La deuxième partie est consacrée au travail de réflexion fait en classe par l’enseignant. Il s’agit là de prendre conscience du rôle de la presse, de réfléchir sur la liberté de la presse et la liberté d’expression, notamment. La troisième partie vise à développer chez les élèves, une attitude réfléchie vis-à-vis de l’information.
Coralie Vitry, enseignante de CM2-1, a encadré ses élèves pour cette activité. Elle confie qu’il s’agit avant tout de permettre à l’enfant de s’exprimer avec ses propres réflexions et de les recadrer quand c’est nécessaire.
Un petit groupe regarde justement une animation sur le djihad et les attentats en France l’année dernière. « Où ont-ils attaqué ? C’est quoi le Bataclan ? Pourquoi justement le Bataclan ? », demande-t-elle. Les réponses fusent : « On y fait des concerts, les terroristes sont contre les concerts… »
Coralie Vitry insiste sur la nécessité de modérer ce genre de discussion. « On en parle parce que c’est dans les médias, mais il faut faire très attention de ne pas blesser son camarade musulman car il ne faut pas tout mélanger. »
Un peu plus loin, Sara et Tessa présentent leur panneau réalisé sur la différence entre les journaux et les magazines : « Le journal est imprimé sur un papier normal, alors que le magazine, le plus souvent est sur du papier glacé. Dans les magazines les articles sont aussi plus longs », disent-elles.
Le kiosque presse aménagé pour l’occasion permet aux enfants de découvrir la diversité des titres tant à Maurice qu’à l’étranger, ainsi qu’au niveau des langues. On découvre également un petit coin consacré à l’histoire de l’impression, en commençant par l’invention de Gutenberg.
Et pour montrer qu’ils ont bien appris leurs leçons, les élèves préparent en ce moment leur propre journal et leur propre magazine. Ils seront consacrés aux activités liées à leur stage de voile. « Ils écriront leurs propres articles, ont fait leurs photos et inventé leurs pubs. » L’équipe du magazine a ainsi choisi comme titre « Le séjour de voile » et celle du journal a opté pour « Voile en journal. »
Et pour donner davantage le goût de la lecture aux enfants et les familiariser avec les différents types de livres, la “Hibouthèque” leur permet d’être autonomes en rentrant leurs emprunts dans l’ordinateur et en classant les livres par catégorie eux-mêmes. Chaque semaine, une équipe de six enfants est désignée pour cela. Des interactions avec des écrivains sont aussi organisées.