L’ex-ministre de l’Environnement Raj Dayal a présenté en ctte fin de semaine sa riposte dans le procès en réclamation de dommages de l’homme d’affaires Patrick Soobhany à son encontre en chambre civile de la Cour intermédiaire. Dans sa réponse, Raj Dayal soutient qu’il n’était « pas au courant que Patrick Soobhany est un homme d’affaires connu » dans le domaine immobilier et a ajouté qu’il n’était pas non plus au courant que Morcellement Martello Ltd est une compagnie privée et que Patrick Soobhany en est le directeur. Le député concède qu’il y a eu une rencontre avec l’homme d’affaires le 22 mars 2016 mais insiste sur le fait qu’il n’a jamais sollicité de pot-de-vin.

Dans sa riposte aux affidavits logés par Patrick Soobhany dans cette affaire, Raj Dayal soutient qu’il n’a commis « aucun acte de corruption », ajoutant que la compagnie Morcellement Martello Ltd aurait dans tous les cas besoin d’un permis EIA pour un tel projet. En réponse au fait que Patrick Soobhany s’est senti « diffamé » par Raj Dayal sur le fait qu’il était recherché par Interpol, Raj Dayal soutient qu’il n’a jamais fait d’allégations sur le fait que l’homme d’affaires figurait sur le site d’Interpol.