« There were reasonable grounds to believe that documents, files pertaining to the Bank of Mauritius and money were being kept and concealed », soulignent le commissaire de police et Heman Jangi dans leur défense

Le procès en réclamation intenté par l’ancien gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, à l’État a été appelé jeudi devant le Master and Registrar de la cour. L’État avait fait une “demand of particulars” avec une liste de 80 questions pour obtenir plus de précisions sur les demandes de Rundheersing Bheenick qui lui réclame Rs 50 M pour arrestation arbitraire dans le cadre d’une enquête sur des documents saisis à son domicile. Les défendeurs ont fait valoir leurs points. Ils maintiennent avoir agi selon les paramètres de la loi et indiquent que « enquiry revealed that Plaintiff had unlawfully retained property belonging to the Bank of Mauritius ».

L’État, le commissaire de police ainsi que Heman Jangi ont produit leur “plea” hier. Dans un document de trois pages, ils reviennent sur la perquisition au domicile de Rundheersing Bheenick le 15 février 2015 et soulignent que c’est suite à une déclaration du Head of Corporate Services, Jayendra Kumar Ramtohul, qu’ils ont procédé. Estimant qu’il y avait suffisamment d’éléments, la police avait alors fait une demande pour obtenir un mandat de perquisition pour effectuer une fouille chez Rundheersing Bheenick. Le commissaire de police et Heman Jangi maintiennent que « there were reasonable grounds to believe that documents, files pertaining to the Bank of Mauritius and money were being kept and concealed ».

Les défendeurs font aussi ressortir que le mandat de perquisition n’avait pas été obtenu de façon illégale ou en violation des droits constitutionnels de l’ancien gouverneur de la Banque de Maurice. Heman Jangi affirme que l’enquête avait révélé que certains documents retrouvés chez Rundheersing Bheenick appartenaient à la Banque de Maurice. « Enquiry revealed that Plaintiff had unlawfully retained property belonging to the Bank of Mauritius. Officers of the Bank of Mauritius have identified some of the documents secured at the place of residence of plaintiff as being property of the Bank of Mauritius. The police has therefore acted lawfully. » Heman Jangi précise aussi dans sa défense que sa fille a obtenu un emploi à la BoM après avoir passé un entretien en bonne et due forme.

Pour rappel, à la suite d’une déposition formelle consignée par le First Deputy Governor Yadranath Googoolye, la police avait arrêté Manou Bheenick à son domicile, à Moka. Une inculpation provisoire de “Possession of stolen property” avait été retenue contre l’ancien gouverneur de la BoM par rapport aux documents confidentiels retrouvés chez lui de même que des artefacts de la banque. L’affaire avait, par la suite, été rayée en cour de district de Port-Louis.