Les auditions dans l’affaire de using a firearm to resist arrest impliquant Diop Kondo Bhoyroo ont repris hier devant la cour intermédiaire. Le magistrat Raj Seebaluck a écouté quatre témoins à charge, dont le surintendant de police à la retraite Mooroogan qui affirme que le constable Léonore était avec lui lors de la fusillade. L’accusé avance que ce policier lui aurait tiré dessus durant l’exercice. L’affaire a été ajournée au vendredi 3 février.
Diop Kondo Bhoyroo, l’aîné des « jumeaux », répond d’une charge de « using a firearm to resist arrest » devant la Cour intermédiaire. L’accusé s’est présenté hier devant le magistrat Raj Seebaluck. Il est représenté par Mes Rex Stephen et Ashwin Kandhai et la poursuite par le state counsel Me Madeven Armoogum.
Le Ministère public a appelé quatre témoins à charge hier, dont le surintendant de police (SP) à la retraite Mooroogan qui était responsable d’une unité lors de l’intervention. Il a raconté qu’à cette époque, l’accusé et son frère Yannick Dingaan Bhoyroo étaient recherchés par la police dans le cadre de l’affaire de séquestration et du meurtre de leur cousin Judex Bhoyroo. L’ancien surintendant de police a soutenu que le jour de l’intervention, quelques officiers étaient restés à Ferney pour assurer l’unité de soutien.
Questionné par Me Madeven Armoogum, l’ancien haut gradé a affirmé que le constable Jerry Léonore était avec lui dans l’équipe de soutien à Ferney et non sur le lieu de la fusillade avec l’autre unité. Selon le témoin à charge, le 30 octobre 2008 vers les 22 heures, le chef inspecteur Tuyau lui aurait dit que les deux fugitifs avaient été retrouvés et que l’un d’entre eux était armé. Il y a alors eu un échange de coups de feu et Yannick Bhoyroo a pris la fuite. Quand le témoin est arrivé sur les lieux avec le back-up team, l’accusé était déjà à terre. « Quand nous sommes arrivés Diop Bhoyroo était étendu par terre », a dit le SP Mooroogan.
L’ancien SP a ajouté que Diop Bhoyroo avait été examiné au casualty de Mahébourg et avait ensuite été transféré à l’hôpital Nehru à Rose-Belle. C’est le constable Léonore qui était avec lui dans le véhicule du SAMU pendant qu’il escortait l’ambulance.
Contre-interrogé par Me Rex Stephen, le témoin de la poursuite a expliqué qu’il y avait une vingtaine de policiers dans l’exercice d’arrestation des deux frères. Il a soutenu que l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) n’avaient qu’un revolver et un shotgun alors que les membres du Groupe d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) avaient leurs propres armes.
Me Stephen : I put it to you that PC Leonore was not with you at Ferney.
SP Mooroogan : He was with me till we came to the spot.
Le constable Manoovaloo de la Major Crimes Investigation Team (MCIT) faisait aussi partie de l’exercice. Il a été appelé à la barre des témoins par le représentant du Directeur des poursuites publiques (DPP). Le policier a affirmé que ce soir-là il avait vu trois hommes : Diop Bhoyroo, Yannick Bhoyroo et Sachin Beem. C’est chez ce dernier que les frères s’étaient cachés. Après quelque temps, les deux frères ont quitté le domicile de Sachin Beem. Le constable aurait alors contacté le CI Tuyau pour l’informer de la situation. Durant le contre-interrogatoire, il a soutenu que le constable Dieudonné et lui-même étaient postés à quelque 50 mètres et qu’ils avaient des revolvers. Les auditions reprendront le vendredi 3 février.
Diop Bhoyroo et Yannick Bhoyroo ont été acquittés sous les charges de sequestration et de wounds and blows sur Jeff Norbert Euphigène le 12 avril 2011.
L’aîné des Bhoyroo a aussi été trouvé non coupable sous quatre charges, dont possession of a firearm without a licence et sequestration et assault sur Johnny Christophe Antoinette, par le magistrat Azam Neerooa le 31 mai de la même année.