Siddick Chady

L’audition via visioconférence du témoin néerlandais Jan Cornelius Haak dans l’affaire Boskalis s’est poursuivie en Cour intermédiaire. Le témoin néerlandais, interrogé par Me Rashid Ahmine, Deputy DPP, devait confirmer que certains virements bancaires effectués par Boskalis avaient été effectués sous les instructions du Dr Chady via Blockbuster Video Network Ltd et que le nom « Chady » est apparu lorsqu’il avait mené une enquête interne, avec l’autorisation de Boskalis International BV.

Il en est de même avec celui de Prakash Maunthrooa. Il a également indiqué être venu à Maurice pour plaider coupable au nom des compagnies Boskalis International BV et Baggermaatschappij pour entente délictueuse avec Prakash Maunthrooa et pour avoir offert un pot-de-vin à « un certain S. Chady ». L’interrogatoire de la poursuite a pris fin hier en Cour intermédiaire. Le juriste et employé de Boskalis International BV, Jan Cornelius Haak, a été interrogé une nouvelle fois sur des documents faisant état de virements bancaires effectués par Boskalis à des tierces et des e-mails qui ont été retirés du serveur de la firme hollandaise et remis aux autorités pour enquête.

Le témoin, qui a dû se faire rafraîchir la mémoire avec la présentation de ses dépositions données les 25 et 26 avril 2012 dans un hôtel à Genève, en Suisse, a confirmé qu’une des personnes ayant donné des instructions à la firme Boskalis International BV de faire des virements à des tierces était « un certain Chady », de Blockbuster Video Network Ltd. Différents virements bancaires avaient été réclamés, notamment portant sur des sommes de 3 300 euros ou encore de USD 60 000. Il devait indiquer que « le nom Chady est apparu » lorsqu’il a mené une enquête interne avec l’aval du conseil l’administration de la compagnie. Le témoin néerlandais a aussi été interrogé sur cinq e-mails qui ont été retracés du serveur de Boskalis et remis à la police.

Ces e-mails feraient état de correspondances entre Prakash Maunthrooa et Pieter Boer, un représentant de Boskalis. Le témoin devait toutefois soutenir qu’il ne connaissait pas Prakash Maunthrooa mais que son nom figurait bien dans les correspondances dans lesquelles il a donné des instructions pour que Boskalis effectue des paiements à des tierces. Interrogé sur sa première visite à Maurice, Jan Cornelius Haak a confirmé qu’il est venu une première fois pour plaider coupable ous deux charges au nom des compagnies Boskalis International BV et Baggermaatschappij en Cour intermédiaire. Sa deuxième visite, il l’a faite pour témoigner dans ce procès, rappelant qu’il n’avait toutefois pas donné sa version en cour. « La compagnie répondait d’accusations de corruption et d’entente délictueuse.

Il a été reproché à la compagnie d’avoir offert un pot-de-vin à un certain S. Chady et d’avoir comploté avec Prakash Maunthrooa », a répondu le témoin à une question de la poursuite portant sur les accusations portées contre la firme néerlandaise. Pour la prochaine séance, ce sera au tour des avocats de la défense de contre-interroger le témoin Haak.