Le procès intenté à Siddick Chady, ancien ministre et ex-Chairman de la Mauritius Ports Authority et Prakash Maunthrooa, ancien directeur général de cette entité, dans l’affaire Boskalis, sera appelé à nouveau le lundi 2 mai. La cour devra décider de la date des auditions des témoins néerlandais.
Pour rappel, les avocats de la défense, à savoir Me Said Toorbuth, qui représente Siddick Chady, et Me Nadeem Aullybokus, avaient logé différentes motions en cour lors de la dernière séance d’audition du témoin Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede, alors que la cour de Rotterdam avait pris les dispositions nécessaires pour qu’il puisse témoigner. De ce fait, la magistrate Wendy Rangan n’avait pas eu d’autre choix que de reporter l’audition du témoin. La magistrate du tribunal de Rotterdam devait soutenir à cet effet que l’agenda de la cour était rempli pour le reste de l’année et qu’il faudrait que la partie mauricienne fasse une nouvelle demande pour qu’une date soit fixée.
Par ailleurs, la cour a accordé l’autorisation à Siddick Chady de s’absenter du pays. Il devra se rendre en Afrique du Sud du 3 au 15 mai.
Siddick Chady et Prakash Maunthrooa sont poursuivis respectivement pour corruption et entente délictueuse. L’État reproche à Siddick Chady d’avoir « utilisé son poste d’officier public pour obtenir une gratification », en violation de la Prevention of Corruption Act (PoCA). Prakash Maunthrooa est quant à lui accusé de « aiding and abetting the author of a crime », soit d’avoir organisé une rencontre entre Siddick Chady et Pieter Boer, représentant de Boskalis, afin de faire bénéficier au premier nommé d’une gratification. Ils ont plaidé non-coupable.