L’avocat de Prakash Maunthrooa, Me Nadeem Allyboccus, souhaite que le directeur général de la Mauritus Ports Authority (MPA) soit appelé à nouveau pour être auditionné sur de nouveaux éléments qui ont été présentés en cour lors du procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans le cadre de l’affaire Boskalis. Me Rashid Ahmine s’y est opposé, avançant notamment qu’un témoin de la poursuite ne peut être utilisé dans le même procès comme témoin de la défense. La magistrate Wendy Rangan se prononcera à ce sujet le 16 mai.

Me Nadeem Allyboccus, qui fait partie du panel d’avocats représentant Prakash Maunthrooa, a logé une motion en cour, demandant que le directeur général de la MPA, Shekur Suntah, soit appelé comme témoin pour donner sa version sur des correspondances qui lui étaient adressées, et présentées en Cour intermédiaire lors du procès. Me Rishi Pursem, Senior Counsel, agissait comme “watching brief” pour Shekur Suntah lors de sa comparution en cour hier. Mais Me Rashid Ahmine a objecté à cette motion, avançant que Shekur Suntah a déjà été appelé comme témoin de la poursuite et a déjà été contre-interrogé. Il avance de ce fait, avec à l’appui des décisions en justice concernant un tel cas, qu’un témoin ayant déjà été assigné à témoigner par la poursuite ne peut être appelé à nouveau par la défense comme son témoin.

Me Allyboccus a avancé que ces correspondances n’ont jamais été communiquées par la poursuite car elles ne faisaient pas partie de la liste des documents qui seront utilisés lors de ce procès. Il a indiqué que ces documents sont apparus lors du contre-interrogatoire du témoin néerlandais Jan Cornelius Haak. Mais Me Ahmine a affirmé le contraire, avançant qu’il semblerait que ces documents ont été communiqués à la défense avant le début du procès. Après avoir entendu les arguments des deux parties, la magistrate a annoncé qu’elle rendra sa décision le 16 mai. Les plaidoiries des avocats de la défense et de la poursuite ont été fixées du 5 au 9 août.

Par ailleurs, l’inspecteur Soobul, représentant le commissaire de police en cour, a été appelé à nouveau lors du procès. Il devait soutenir que l’enquête policière sur la plainte de Siddick Chady, datant du 4 juin 2013 et faisant état d’un complot contre lui orchestré par Jan Cornelius Haak, avait été référée au directeur des poursuites publiques le 27 juin 2013. L’inspecteur de police devait toutefois confirmer que Jan Cornelius Haak n’avait pas été arrêté à la suite de cette plainte.