AFFAIRE BOSKALIS : Venue des témoins néerlandais, la motion de la défense rejetée

Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa dans l’affaire Boskalis a été appelé ce matin en Cour intermédiaire devant la magistrate Wendy Rangan. Cette dernière a fait comprendre qu’elle rejetait la motion de la défense, qui avait objecté à ce que le procès soit de nouveau renvoyé en septembre pour l’audition des témoins néerlandais.
La venue des deux témoins néerlandais à Maurice, en l'occurrence Jan Cornelius Haak et Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede, avait été confirmée en Cour lors de la dernière séance pour les 15 et le 22 septembre, respectivement. Les avocats de la défense, Me Said Toorbuth et Me Roshi Badhain, avaient alors logé une motion pour contester que le procès soit une nouvelle fois renvoyé, et ce jusqu’à septembre, alors qu’il pourrait y avoir des changements dans l’arrivée des deux témoins. Les deux hommes de loi avaient évoqué le nombre d’années que dure le procès et avaient plaidé pour un « fair trial ». Ils avaient ajouté que ces témoins néerlandais étaient supposés être présents en avril et qu’ils avaient donné priorité à cette affaire afin qu’il n’y ait pas de renvoi. Me Roshi Badhain avait de plus souligné que l’immunité qui leur avait été accordée ne devrait plus tenir s’ils ne sont pas présents en Cour.
Lors de la séance de ce matin, la magistrate Wendy Rangan a néanmoins rejeté la motion logée par les deux avocats.
Par ailleurs, l’audition du témoin Raymond Lagesse, directeur de Mechanical Transport Limited (MTL), s’est terminée aujourd’hui. Me Roshi Badhain avait, lors de son contre-interrogatoire, questionné le témoin sur la véracité de la “secrecy clause” entre la firme hollandaise et MTL, dans laquelle il ne pouvait évoquer les affaires de la compagnie hollandaise. Répondant à Me Roshi Badhain, ce dernier devait répondre qu’il y avait bien une clause de contrat entre les deux compagnies, raison pour laquelle il n’avait pas tout révélé à l’ICAC lors de son interrogatoire jusqu’au jour où l’affaire a été rendue publique.