La femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de crimes sexuels a poursuivi jeudi l’offensive médiatique entamée cette semaine en affirmant à la presse qu’elle voulait « être courageuse pour toutes les femmes du monde » et que sa fille ne voulait plus la voir « pleurer ».