AFFAIRE DSK: Strauss-Kahn va plaider non-coupable

L'ancien directeur du FMI comparaît lundi devant un tribunal de New York pour les crimes sexuels dont il est accusé par une femme de chambre...
Dominique Strauss-Kahn a passé dimanche la journée dans la maison de New York où il vit en résidence surveillée, dans l'attente de l'audience cruciale de lundi où il va plaider non-coupable des crimes sexuels dont on l'accuse.

L'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), qui a été arrêté le 14 mai dernier alors qu'il s'apprêtait à partir pour la France, rejette «avec la plus grande fermeté» les accusations de tentative de viol et d'agression sexuelle à l'encontre d'une femme de chambre de l'hôtel Sofitel.

Ses avocats, Benjamin Brafman et William Taylor, deux ténors du barreau de New York, assurent qu'il va plaider non-coupable lundi, lorsqu'il comparait pour l'audience formelle de lecture de l'acte d'accusation, appelée «arraignment» en droit américain.

Au moins cinq ans de prison s'il plaide coupable

Après la lecture de ce document, établi sur la base du verdict d'un «Grand jury» et qui comporte sept chefs d'inculpation, le juge Michael Obus demandera à Dominique Strauss-Kahn de dire s'il plaide coupable ou non-coupable.

S'il plaide coupable, ce qui constituerait un coup de théâtre, il n'y aura pas de procès et l'ancien ministre français négociera avec le juge un certain nombre d'années de prison, pas moins de cinq d'après les experts.

Dominique Strauss-Kahn, qui nie les faits qui lui sont reprochés, va donc plaider non-coupable, ce qui signifie qu'un procès sera organisé dans les prochains mois, et qu'il devra affronter sa victime présumée, une jeune femme de 32 ans d'origine guinéenne.

«DSK sera relaxé»

Benjamin Brafman prédit que son client «sera relaxé», dans un portrait réalisé pour la chaîne française M6 et diffusé dimanche.

«Je ne veux pas rentrer pour l'instant dans le détail de cette affaire mais je suis confiant, je ne pense pas du tout que M. Strauss-Kahn soit coupable des faits qu'on lui reproche, et je peux vous prédire qu'il sera relaxé», conclut-il.

L'avocat des stars, connu pour sa façon de démonter l'accusation et de confondre les témoins, avait déjà indiqué au quotidien israélien Haaretz au tout début de l'affaire qu'il était confiant dans l'issue d'un procès.

Le procès verra s'affronter, face à ces deux ténors du barreau, une accusation renforcée par l'arrivée de deux femmes procureur-adjoint de gros calibre, Joan Illuzzi-Orbon et Ann Prunty.

La première est à la tête de l'unité spéciale anti-crime racial, et a remporté dans sa carrière des victoires dans des cas de viol ou de crime.

La seconde a également plusieurs importantes batailles à son actif, et est connue pour n'éviter à la victime aucune question qui aide à convaincre les douze jurés de la culpabilité de l'accusé.

Anne Sinclair et ses filles épiées

Dominique Strauss-Kahn, installé dans une luxueuse maison de TriBeCa, le quartier riche et bohême du sud de Manhattan, n'est sorti que deux fois de sa résidence très surveillée où il habite depuis le 25 mai, dont une fois pour se rendre sous escorte au cabinet de Ben Brafman. Il porte un bracelet électronique à la cheville et a remis aux autorités américaines ses documents de voyage.

Alors que l'été s'est installé à New York depuis plusieurs jours, la terrasse de la maison du 153 Franklin street est soigneusement cachée par d'immenses parasols qui ont été apportés dans les premiers jours.

Les photographes qui guettent sur le trottoir face à la maison peuvent surtout fixer les allées et venues de l'épouse de DSK, l'ancienne journaliste Anne Sinclair, que l'on a pu voir samedi quitter le domicile en compagnie d'une fille de Dominique Strauss-Kahn, Vanessa, arrivée la veille au soir en s'annonçant à l'interphone. Elle en est revenue quelque temps après portant un paquet du magasin FAO Schwartz, grand magasin de jouets de la 5ème avenue.

Une autre fille du socialiste français, Camille, vient souvent rendre visite à son père et était présente avec Anne Sinclair à la dernière audience de libération sous caution, le 19 mai dernier.