AFFAIRE DSK : vers l'abandon des charges contre DSK

Le procureur dans l'affaire DSK a convoqué lundi l'accusatrice de l'ancien patron du FMI, dans ce qui pourrait être une étape décisive vers l'abandon des poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn.

Nafissatou Diallo, une femme de ménage guinéenne de 32 ans qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle dans une suite du Sofitel à New York, est attendue avec son avocat Kenneth Thompson dans les bureaux du procureur à 15h00 (19H00 GMT).

Après avoir dans un premier temps déclaré qu'il craignait un classement des charges, son avocat Kenneth Thompson a déclaré dimanche soir à l'AFP qu'il ne savait pas ce qui allait se passer lundi, mais qu'il espérait que le procureur serait "du côté" de sa cliente.

Mme Diallo "veut simplement que justice soit faite", a-t-il ajouté, en la disant "très déprimée par la tournure des événéments".

William Taylor, l'un des deux avocats de Dominique Strauss-Kahn, a lui déclaré que son client et lui-même étaient "optimistes et confiants", dans un entretien publié lundi par le quotidien français Le Parisien.

"Nous sommes tous les deux optimistes et confiants. Il espère pouvoir enfin s'extirper de ce cauchemar qui dure depuis le 14 mai", a-t-il ajouté.

Les spéculations se sont intensifiées durant le week-end, le tabloïde New York Post affirmant dimanche que le procureur allait demander mardi, lors d'une audience prévue de longue date, le classement de l'ensemble de l'affaire, en raison de ses doutes sur la crédibilité de la plaignante.

Les services du procureur se sont refusés à tout commentaire.

Dans sa convocation, le procureur-adjoint John McConnell précise simplement aux avocats de Nafissatou Diallo : "Je voudrais inviter votre cliente à assister à une rencontre dans les bureaux du procureur (...) le 22 août à 15H00, afin de lui expliquer ce qui, je pense, va se passer au tribunal le jour suivant".

Selon le New York Post, le procureur Cyrus Vance va déposer une motion de recommandation de rejet, détaillant ses trois mois d'enquête. Il va faire valoir que les charges retenues contre l'ancien ministre français ne peuvent être prouvées "au delà du doute raisonnable".

La femme de chambre guinéenne accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir agressée et contrainte à une fellation le 14 mai au Sofitel de New York.

Les motions de recommandation de rejet sont généralement immédiatement acceptées par les juges, selon les experts, et si c'est le cas, l'ex-directeur général du Fonds monétaire international, 62 ans, pourrait être libre de retourner en France.

Il a plaidé non coupable le 6 juin mais reste pour l'instant sous le coup de sept chefs d'accusation, dont agression sexuelle, tentative de viol et séquestration. Son passeport a été conservé par la justice américaine.

Le procureur Vance n'a pas caché depuis le mois de juin ses doutes sur la crédibilié de Mme Diallo, affirmant qu'elle avait menti à plusieurs reprises sous serment.

Outre la procédure pénale, les avocats de la femme de chambre ont également engagé une action civile le 8 août, pour obtenir de DSK des dommages et intérêts.