Condamné en première instance à douze mois de prison pour conflits d’intérêts, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, sera rejugé à partir de ce mardi. Il avait en tant que vice-Premier ministre et ministre des Finances, le 23 décembre 2010, approuvé la réallocation de Rs 144,7 millions pour l’achat de MedPoint Ltd, dans laquelle sa soeur détenait des actions. Durant deux jours, un panel d’hommes de loi tentera de convaincre les juges en appel de l’innocence du leader du MSM. Ce nouveau procès s’annonce comme un tournant dans la carrière politique du fils du Premier ministre, qui le 30 juin 2015, avait démissionné en tant que ministre des TIC après sa condamnation.
Ces quelques mois de travail assidu ont dû permettre aux avocats des différentes parties de bien préparer leurs plaidoiries. Cependant, il faut signaler que ceux de la défense ne comptent pas rater cette seconde bataille. Outre les Senior Counsels Mes Désiré Basset, Ravin Chetty et Raouf Gulbul, rappelons-le, Pravind Jugnauth a sollicité les services d’une avocate britannique, Clare Montgomery, pour le défendre en appel. L’avocate britannique serait arrivée à Maurice hier.
Après l’épisode du 30 juin où Pravind Jugnauth avait été reconnu coupable par la justice mauricienne de conflits d’intérêts, le leader du MSM se lance dans l’autre phase déterminante de sa carrière politique. Si au niveau de son parti, aucun mot d’ordre n’aurait été donné, depuis quelques jours déjà des messages de soutien sont postés sur leur page Facebook. D’autres sympathisants ont eux déjà pris l’initiative d’être présents en Cour suprême mardi pour apporter leur soutien à leur leader le jour du procès, comme ce fut le cas la dernière fois.