Le procès intenté à Peter Wayne Roberts pour le meurtre de sa petite amie Lee Ann Palmarozza a été marqué hier par le témoignage du frère de la victime, Shawn Palmarozza. Au début de l’audience, la déposition de ce dernier a fait l’objet d’une motion de la défense contestant l’admissibilité de son témoignage en tant que hearsay evidence. Le juge Benjamin Marie Joseph a tranché en faveur de la poursuite. Selon Shawn Palmarozza, Peter Wayne Roberts et la victime rompaient souvent pour par la suite se remettre ensemble. Revenant sur le voyage de sa soeur à Maurice, le témoin a soutenu qu’à cette époque le couple battait de l’aile et que l’accusé avait promis d’aider sa soeur financièrement si elle le rejoignait.
Au début de la déposition de Shawn Palmarozza en cour hier matin, l’avocat de la défense Me Gavin Glover devait objecter à son témoignage, arguant que son client n’allait pas bénéficier d’un procès équitable car le témoin allait relater en Cour des événements dont il n’avait pas « de personnal knowlegde ». Le représentant de la poursuite Me Mehdi Manrakhan devait à son tour faire ressortir que le témoignage du frère était d’une grande importance pour faire la lumière sur la relation entre les deux. Dans son ruling, le juge Benjamin Marie Joseph a tranché en faveur de la poursuite, statuant que le témoignage de Shawn Palmarozza fait partie du dossier d’accusation et que ce procès lui-même est basé sur des circumstancial evidences. Pour ce qui est des membres du jury, le juge a soutenu qu’ils sauront mettre en pratique les directives qu’ils auront reçues par rapport à l’admissibilité des preuves.