Le potentiel de croissance des revenus du groupe MCB en provenance de ses activités à l’international ne peut qu’augmenter à l’avenir au fur et à mesure que le groupe bancaire se développe et diversifie ses opérations. C’est ce qu’a soutenu ce matin Pierre-Guy Noël, Chief Executive du groupe, à l’ouverture officielle de la 8e édition de l’initiative Africa Forward Together à l’hôtel Maritim, Balaclava. Pendant une semaine, 45 représentants de banques d’une quinzaine de pays africains seront sensibilisés au fonctionnement des structures du groupe MCB, à son offre de produits et services et aux opportunités de partenariat qui peuvent être développées avec le groupe bancaire mauricien. La MCB a réaffirmé ce matin sa volonté d’accompagner des banques africaines dans leur développement et de participer avec elles au financement de projets sur le continent, cela dans un esprit « gagnant-gagnant ».
Dans son discours inaugural, Pierre-Guy Noël s’est appesanti, entre autres, sur la stratégie constante adoptée depuis les années 90 par le groupe MCB en vue de diversifier la base de ses revenus. Le groupe bancaire a commencé à se tourner vers l’international dans le sillage de la libéralisation graduelle de l’économie mauricienne avec, entre autres, l’abolition du contrôle des changes vers la fin des années 80 et le début des années 90. La période 1990-2016 a été marquée par des progrès fulgurants du groupe bancaire qui voyait ses actifs passer de Rs 13,7 milliards à Rs 317,7 milliards, ses fonds propres grimper de Rs 0,7 milliard à Rs 46,4 milliards et sa capitalisation boursière augmenter de Rs 0,9 milliard à Rs 64,9 milliards. S’expliquant sur la stratégie du groupe, Pierre-Guy Noël a indiqué qu’elle repose sur trois axes. Le premier concerne le développement des activités purement bancaires notamment au plan domestique, activités qui n’ont cessé de croître grâce à une meilleure efficience et une consolidation des produits et services.
Pierre-Guy Noël a fait ressortir que le groupe MCB a été étroitement associé au développement économique du pays, pour avoir été partie prenante du financement de projets touchant une multitude de secteurs d’activité. La part de la MCB dans les crédits domestiques se situe aujourd’hui à 40 % alors que la banque est à la base de 45 % des dépôts totaux et représente 55 % des cartes bancaires émises. « Nous continuons d’investir dans l’expansion de nos opérations et surtout dans la technologie. Cela fait partie de notre ADN », dira le CEO du groupe.
La MCB a également investi dans l’expansion des activités non-bancaires telles l’affacturage et le crédit-bail, la gestion d’actifs, la micro-finance et les services-conseils ou de consultant liés à des levées de capitaux par des sociétés dont celles cotées sur le marché boursier. L’axe 3 de la stratégie de la MCB, a indiqué Pierre-Guy Noël, consiste en l’extension graduelle de la présence du groupe bancaire dans la région depuis le début des années 90. Cette stratégie a eu pour résultat que la MCB est aujourd’hui présente physiquement dans neuf pays de la région africaine, a établi un très large réseau de « correspondent banks », a conclu un partenariat avec Société Générale au Mozambique, a ouvert des bureaux de représentation en Afrique du Sud et en Namibie tout en participant au financement d’un grand nombre de transactions commerciales et de projets.
Au final, la base de revenus du groupe bancaire s’est diversifiée. Les activités domestiques (Segment « A ») qui représentaient 56 % des revenus en 2011, ont vu leur part diminuer à 40 % en 2016. Celle des activités à l’international est passée de 28 % à 36 % sur la même période. Des changements positifs ont également été notés concernant les activités des filiales bancaires à l’étranger ainsi que les opérations non-bancaires. Pierre-Guy Noël estime que cette tendance devrait se poursuivre à l’avenir, les revenus de l’international devant encore progresser.
Lors de son intervention à l’ouverture de la présente édition d’Africa Forward Together, Raoul Gufflet, Deputy Chief Executive de MCB Ltd, a expliqué la stratégie africaine de la banque et des opportunités décelées par la direction de l’institution sur le continent africain dont le financement de projets de développement technologique, d’opérations purement commerciales et de projets infrastructurels. « Notre stratégie tient en compte les valeurs que nous avons nourries au fil des temps », a fait comprendre Raoul Gufflet aux banquiers d’Afrique. Il a parlé du concept de « Bank of Banks » introduit depuis quelques années par la MCB et qui consiste à mettre les produits, services et compétences de la banque mauricienne à la disposition des banques africaines.
Raoul Gufflet a, par ailleurs, insisté sur la consolidation du partenariat entre la MCB et les banques africaines, laissant entendre que la réussite de ce partenariat est due en grande partie aux compétences développées en interne par le groupe bancaire.