AGLAÉ RABOUDE : Voix de velours

Aglaé Raboude, un nom à retenir. À 20 ans, elle a vrai un potentiel, avec sa voix de velours et sa technique bien rodée. Nous l’avons rencontrée au Jardin Botanique de Curepipe.
Aglaé en grec signifie “rayonnante de beauté”. Ce prénom, elle le porte à merveille. Un sourire permanent qui ne quitte jamais son visage, un regard profond : Aglaé surprend par sa simplicité. Un pantalon moulant agrémenté d’un pull, les cheveux en chignon, elle a l’air d’une belle Amérindienne. Elle se présente à nous aux côtés de son musicien fétiche, Alexandre Zephyr, qui l’accompagne à chacune de ses prestations.
La voix à peine chauffée, l’habitante de Malherbes se prête rapidement au jeu de la démonstration. Timide lorsqu’il s’agit de répondre aux questions, elle se libère dès qu’elle commence à chanter. Les yeux fermés, elle nous propose un morceau rempli d’émotion dans l’interprétation. Sa voix rauque et puissante résonne.
À peine la chanson terminée, elle demande à son musicien d’en débuter une autre, qu’elle interprète avec la même passion. Elle nous fait ensuite découvrir quelques notes sur son ukulélé, instrument qu’elle a adopté l’année dernière. “J’ai appris à jouer de la guitare, mais je préfère l’ukulélé. J’ai appris à en jouer toute seule, en regardant des vidéos. Le son qui se dégage de l’instrument m’inspire.”

Sources d’inspiration.
“J’aime la sensation que je ressens quand je chante devant des gens. C’est un plaisir de voir le sourire sur leur visage. Souvent, ils en redemandent et c’est très motivant.” Si la chanson lui procure du bonheur, elle l’aide également à s’apaiser et parfois à se défouler. “Le chant est une façon d’exprimer mes émotions. Si je suis en colère ou que je suis triste, c’est ma façon à moi d’extérioriser ces sentiments.”
Son répertoire est éclectique : elle est aussi bien à l’aise dans le rock que dans la pop, la soul, le RnB, le jazz ou le reggae. Parmi les morceaux qu’elle chante le plus ces derniers temps, on peut citer Jailor d’Asa, Raggamuffin de Selah Sue, Nobody’s Perfect de Jessie J, ainsi que quelques morceaux d’Adele et d’Alicia Keys. Son chanteur préféré est Michael Bublé, et elle aime bien la voix de Tori Kelly. Des sources d’inspiration qui lui permettent de se perfectionner.
La vie d’Aglaé tourne autour de la musique. Il ne se passe pas plus d’une heure sans qu’elle ne se sente tentée de fredonner quelques notes. “Je chante depuis que je suis toute petite. Parfois, je commence à chanter sans même m’en rendre compte. Lorsque je mange, que je prends ma douche ou que je fais du nettoyage, je ne peux m’empêcher de chanter. Quand je suis à la maison les week-ends, j’attends avec impatience que tout le monde s’en aille. Je branche alors mon karaoké et je me laisse aller. Parfois, je prends mon ukulélé. Chanter me rend heureuse.”

Carrière dans la musique.
C’est pendant ses années passées au collège Adventiste qu’elle a développé cette passion pour la musique. “Ma prof de chant à l’école m’a beaucoup poussée. J’étais en Form III quand j’ai commencé à chanter devant les gens. À chaque événement, j’étais sur le podium.”
Caissière dans un supermarché, elle ne cache pas son ambition d’embrasser une carrière dans la musique. Elle a déjà fait ses premiers pas en se produisant régulièrement au resto-pub Apocalypse à Curepipe et sur d’autres podiums. “J’ai envie de persévérer dans la chanson, avoir la chance de montrer ce que je sais faire. C’est mon rêve de pouvoir vivre de la musique. Cela me permettrait d’être payée pour faire quelque chose que j’aime au plus profond de moi.”
Aglaé se présente le plus souvent sur scène aux côtés d’Alexandre Zephyr. Elle chante également au sein de quelques groupes, notamment Bann Foutan et Lekipaz. “C’est avec Bann Foutan, en 2013, que j’ai chanté devant un public pour la première fois, si je ne compte pas celui du collège et celui de la chorale dont je faisais partie. C’est avec ces deux formations (Bann Foutan et Lekipaz) que j’ai commencé à chanter de la variété. Avant, j’interprétais plutôt des chansons ayant une dimension religieuse.”