La Chine a remis, ce matin, par le truchement de son ambassadeur à Maurice, M. Li Li, un lot d’équipements de transformation des aliments et de matériel d’élevage lors d’une cérémonie officielle au Food Technology Laboratory, à Réduit. Des germinateurs de soja et d’arachides, des fours de séchage, un enclos modèle pour la mise bas porcine et d’autres accessoires pour l’insémination artificielle.
À cette occasion, le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, a rappelé que depuis 1972, Maurice a bénéficié de plusieurs dons en termes d’assistance technique, de bourses d’études, de programmes de formation et de projets infrastructurels. « Cette coopération progressive en agriculture entre nos deux pays remonte à 1974, pour une première expérience à la station expérimentale de Belle-Vue, à Albion, avec un projet de culture de riz. Tous les aspects techniques de la riziculture avaient été étudiés, le choix des variétés à haut rendement, les pratiques d’irrigation, les saisons optimales de plantation, les cultures multiples et en interlignes et le traitement post-récolte », a-t-il soutenu. De bons résultats avaient été obtenus, mais Maurice n’était pas en mesure de poursuivre ce projet en raison des coûts élevés de production.
La Chine a aussi aidé Maurice dans la recherche de nouvelles variétés de champignons, d’ail, de radis, de chou-fleur, de soja, de concombre, d’aubergine et de patate douce. Trois experts chinois sont actuellement à Maurice pour des recherches sur la transformation de blé, de citrouille et de haricot. L’ambassadeur Li Li a fait ressortir que les projets d’aide chinoise ont joué un rôle important dans l’amélioration de l’agriculture mauricienne. « Les relations bilatérales entre Maurice et la Chine se développent de manière régulière, et la coopération dans le domaine politique, économique et culturel ne cesse de s’approfondir pour devenir un exemple de coopération Sud-Sud », a-t-il déclaré.