THE AIR MAURITIUS MAIDEN CUP : Enaad survole le Maiden

Le Maiden 2017 n’a pas livré de surprise. La victoire est revenue à Enaad, installé favori après ses deux bonnes premières sorties dans le Barbé et le Golden Trophy, où il prit les 3e et 2e places derrière Tandragee et Tabreek respectivement. Précédé d’une solide réputation et acheté avec comme objectif principal le Ruban Bleu, le porte-drapeau de la plus vieille écurie du turf n’a pas laissé tomber ses nombreux partisans en s’imposant par plus de 2 longueurs, avec une facilité déconcertante. Avec ce succès, le meilleur stayer sud-africain 2016 offre la possibilité à son entourage de réussir un 4 sur 4 et créer l’histoire avec une éventuelle victoire dans la Coupe d’Or, après avoir remporté la Duchesse et le Barbé avec Ready To Attack et Tandragee, et le Maiden dimanche dernier. Ce qui permettrait du coup à Enaad de viser le titre de cheval champion 2017.
La confiance était de mise dans le camp de Soon Gujadhur et c’est avec beaucoup de sang-froid que Steven Arnold pilota Enaad. Avec la présence de Parachute Man, on savait dès le début que la course serait courue à une allure régulière. Sous les sollicitations de Rye Joorawon, le cheval champion 2016 prit les choses en main après seulement 100m de course. Au passage des tribunes pour la première fois, Scotsnog trouva les barres derrière le meneur, suivi de Dreamforest, qui était flanqué de Disco Al, lequel avait un parcours éreintant, alors que contrairement à sa victoire acquise dans le prélude du Maiden, Tabreek suivait les grandes manœuvres de plus près, soit en sixième position. Il était précédé de Qatar Springs, Mountain Master, Enaad, Solar Star, Trackmaster et M L Jet.
Les premiers 1000m furent bouclés en moins d’une minute et on se disait que la course allait sourire à un finisseur, même si Parachute Man avait eu tout le loisir de dicter le train à sa guise. La situation resta inchangée jusqu’au poteau des 600m, où commencèrent les choses sérieuses. Le porte-drapeau de Gilbert Rousset fut le premier à se mettre en évidence. Il s’amena en main et prit la première option sur les autres finisseurs.
Dans le dernier virage, le cheval champion 2016 n’était plus aussi facile et était déjà sollicité à pleins bras par son cavalier Rye Joorawon. C’était évident que les carottes étaient cuites pour lui à ce moment-là. Une fois la dernière ligne droite entamée, le duo de choc de Gilbert Rousset plongea sur lui, mais c’est Tabreek qui revint le premier à sa hauteur. Cependant, une vilaine blessure coupa le court dans son ascension et l’empêcha de continuer sur sa lancée. Il aurait donné une bonne réplique au vainqueur sans ce malheureux accident, car il faisait forte impression à ce stade.
En pleine piste, Steven Arnold lança quant à lui sa monture hands and heels et tel un rouleau compresseur, il avala un à un ses rivaux avant de se diriger sans forcer son talent vers une victoire impressionnante. Il relégua son dauphin M L Jet, qui fit une belle remontée, à plus de 2L. Trackmaster concourait pour la première fois à un tel niveau et ne démérita pas, s’adjugeant le deuxième accessit à distance respectable du lauréat. Enaad boucla les traditionnels 2400m dans le bon temps de 2.28.39.
L’autre représentant de R. Gujadhur, Solar Star, fut une petite déception en complétant le quarté. Son jockey est d’avis que c’est un galloper qui devrait mieux faire la prochaine fois avec une meilleure ligne au départ. Il est à revoir. La mauvaise note de la course est à mettre à l’actif de Parachute Man. Le tenant du titre resta sans réaction et ne put à aucun moment donner la réplique en ligne droite pour ne prendre qu’une modeste cinquième place. Quoi qu’il soit parti sur des bases élevées, il semble encore loin du niveau qui était le sien la saison dernière.
Mountain Master, Dreamforest et Qatar Springs ont trouvé la concurrence féroce à poids égal à ce niveau, alors que Disco Al a manqué de jus sur la fin après un parcours compliqué le nez au vent. Malgré une position idéale derrière le leader, Scotsnog resta sans accélération dans la ligne droite, confirmant ses limites sur la distance.


1.22.06 sur 1365m pour Ice Run
Suite aux averses qui ont arrosé la capitale en fin de semaine dernière, la piste était passée à molle à 3,0 unités samedi matin avant de repasser à 2,8 unités le lendemain. Malgré cela, la piste n’était pas dans le meilleur des états et on fut sous l’impression que du sable avait été éparpillé, rendant le terrain plus lourd. De ce fait, malgré le retrait des false rails, aucun record n’a été amélioré à l’occasion de cette journée classique. Néanmoins, quelques performances chronométriques honorables ont été enregistrées, à l’instar du temps de 1.22.06 d’Ice Run sur 1365m dans The Air Mauritius Foundation Trophy. Cette épreuve, il faut le dire, fut lancée sur des bases élevées, avec la lutte entre Ice Run et Rob’s Jewel pour le commandement.
À titre d’indication, les 400m séparant le poteau des 1200m à celui des 800m furent couverts en 21.56 contre 21.68 pour la partie correspondante lors de la victoire d’Ernie en 1.20.68 lors de la 11e journée, tandis que les 400m subséquents furent parcourus en 22.25. On craignait que l’alezan entraîné par Patrick Merven allait s’effacer au terme d’un tel effort, mais il repartit de plus belle dans la ligne d’arrivée, où il déposa ses rivaux pour l’emporter dans un fauteuil. Son temps le situe à 0.00.60 du class record de Cassido et constitue la deuxième meilleure performance sur la distance cette saison, toutes catégories confondues, derrière les 1.20.68 d’Ernie. Ice Run peut même se vanter d’avoir fait mieux que les mieux classés Tandragee ou encore Beat The Retreat qui l’avait dominé lors de leur dernier galop.
Les conditions ont également permis à Answeringenesis de renouer avec le succès et s’imposer en 0.53.76 sur 950m. Ce chrono ne le place qu’à 0.00.22 du record d’Ernie (0.53.54) sur la distance récemment introduite. L’épreuve principale de ce rendez-vous dominical a été enlevée dans le chrono correct de 2.28.39 par Enaad, qui le fit assez facilement puisqu’il relégua son plus proche adversaire à 2,45L. Le cheval entraîné par Ramapatee Gujadhur enregistra le quatrième meilleur temps pour un vainqueur sur 2400m, à 0.01.54 du record d’Intercontinental. Man To Man (2.28.05), Have Mercy (2.28.23) et Vettel (2.28.26) avaient aussi fait mieux en 2014, 2005 et 2015 respectivement.


Seven Fountains termine en 0.35.69
Il serait injuste d’homologuer la troisième épreuve disputée sur 950m, où deux chevaux, Promissory et Answeringenesis, ont terminé en moins de 34 secondes, pour désigner le meilleur finisseur de la journée. La palme revient ainsi à Seven Fountains, qui était en action dans la cinquième épreuve remportée par Speed Limit. Seven Fountains concédait toujours 7,20L de retard sur le meneur au poteau des 600m, mais il refit 5,75 jusqu’au but pour se contenter de la cinquième place à 1,45L. Il réalisa 0.35.69 sur la partie qui nous intéresse, soit un centième de moins que Jullidar, victorieux dans la septième épreuve. Ce cheval de Patrick Merven comptait toujours 8,80L de retard à 600 mètres de l’arrivée et semblait battu à mi-ligne droite, et il eut fallu toute la détermination d’Imran Chisty pour lui permettre de souffler la victoire à l’outsider Craftsman.
Si ces finish n’étonnent guère sur leur parcours respectif, en revanche, on fut surpris de la fin de course des participants de la deuxième épreuve. Courue sur 2100m, elle fut réduite à un sprint sur 600m par Seven League Boots. Ce dernier eut le loisir d’endormir ses adversaires sans être inquiété. Imran Chisty fut même sanctionné d’une amende de Rs 20 000 pour avoir excessivement réduit l’allure après 300 mètres de course. Ce qui fit que Prince Ariano dut être repris, tout comme Emaar, qui fut déboîté pour se porter sur l’arrière-main du meneur. Par la suite, après le premier passage du but, Prince Of Arabia, Seeking The Dream, Roman Silvanus et Wing Man furent aussi repris. Nullement inquiété, le meneur ralentit davantage l’allure, se permettant même de réaliser 14.78 entre le poteau des 1200m et celui des 1000m.
On s’étonne toutefois qu’aucun jockey ne prit l’initiative d’accélérer le temps, d’autant que leurs montures étaient toutes désavantagées par le manque de rythme. Ce n’est qu’à environ 700 mètres de l’arrivée, lorsque Silver Dice se rapprocha sur son arrière-main, qu’Emaar mit la pression sur le leader, qui accéléra alors. Seven League Boots termina comme l’aurait fait un sprinter en 36.68 et il conserva assez d’avance pour l’emporter devant Emaar. Ce dernier fut crédité de 36.14 sur la partie qui nous intéresse et fit même mieux que Speed Limit, qui termina en 36.33 dans la cinquième course sur 1600m.