Ajamil Matabadul, érudit de l’hindi et qui a tout au long de sa carrière lutté afin que l’hindi soit reconnue en tant que langue internationale et à promouvoir sa reconnaissance comme langue officielle aux Nations-Unies a poussé est mort lundi à l’âge de 71 ans.
Récipendiaire de plusieurs awards, dont le Vishwa Hindi Samman 2015 et élevé au rang d’Officer of the order of the star and key of the Indian Ocean conféré par le gouvernement mauricien en 2002, Ajamil Matabadul était très impliqué dans le travail social, le volontariat et la promotion de l’hindi. Infatigable, il cumulait les genres littéraires : nouvelles, poèmes, essais, et animé des travaux de recherches, des ateliers d’écriture sur la langue hindi. Dans ses écrits l’auteur aux mille facettes disséquait les comportements humains.
Détenteur de plusieurs diplômes, dont un BA en hindi et en journalisme, Ajamil Matabadul a été membre actif du Human Service Trust depuis de nombreuses années. Il a été, de 1988 à 2012, le président de la Hindi Pracharini Sabha de Montagne Longue. En tant que tel, il était très familier avec l’organisation des différentes épreuves en hindi. En septembre 2001, il a été nommé coordinateur du World Hindi Secretariat et a été très actif sur le plan de la promotion de la culture indienne à Maurice. Cette même année, il devait être récompensé par le Hindi Ratna, conféré par le gouverneur de l’Etat de l’Uttar Pradesh, Acharya Vishnu Kant Shastri. Le président de la Gouvernement Hindi Teachers Union, Suttyhudeo Tengur avait accueilli favorablement cette décision prise par les autorités : « This is a courageous decision and definitely a positive one. » Il a participé à plusieurs conférences internationales sur la langue hindi et a été le représentant de
la Commission Richard en 1979.
Ajamil Matabadul a été l’éditeur et auteur de plusieurs ouvrages « Swadesh, Pankaj » en tant que président de la Hindi Speaking Union, et par ailleurs « Durga », « Suman », « Kavya
Pradesh », entres autres.
Gulshan Sooklall: Il a porté haut le flambeau de l’hindi
Selon Gulshan Sooklall, secrétaire adjoint du World Hindi Secretariat, la disparition d’Ajamil Matabadul, qu’il a côtoyé pendant de longues années, est une grande perte pour les amoureux de la langue hindi. « Il a porté haut le flambeau de l’hindi dans les instances locales et internationales et a contribué énormément à l’épanouissement de l’hindi au sein de la Hindi Speaking Union, du Hindi Pracharini Sabha et du World Hindi Secretariat », souligne Gulshan Sooklall. Selon notre interlocuteur, Ajamil Matabadul faisait partie d’une génération qui s’est dévouée corps et âme à l’épanouissement à Maurice. C’est grâce à lui que l’hindi est encore vivant à Maurice et la présente génération à beaucoup à apprendre de lui.