Du haut de ses 24 ans, Alison Labour a le vent en poupe depuis quelques années. Capitaine du Quatre-Bornes Volley-ball Club, équipe double championne de Maurice, elle vient de remporter la Coupe des Clubs Champions, première victoire mauricienne dans cette compétition après 22 ans. Ses aptitudes au volley n’ont d’égale que sa dextérité à la pâtisserie, dans laquelle elle baigne depuis sa tendre enfance. Elle exerce à la pâtisserie Caprices de Gervais, tenue par son père.

Veste beige, pantalon noir et sabots : Alison Labour nous accueille dans sa demeure à Vacoas. Des vêtements de pâtissière qu’elle arbore fièrement et élégamment, à l’opposé de des tenues de volleyeuse qu’elle porte souvent. La lionne qui rugit sur les terrains de volley-ball avec ses smashs surpuissants montre un tout autre visage, alliant douceur et dextérité avec ses outils de pâtisserie. Un art qu’elle maîtrise depuis toute jeune et qu’elle continue à améliorer par des formations.
Pour le plaisir de nos yeux, Alison procède au montage d’un gâteau commandé par un client à l’occasion de la fête Eid. Des gestes rapides lui permettent de confectionner le gâteau avec une dextérité de chirurgien, vérifiant à chaque étape que tout est parfait. “La pâtisserie, c’est un héritage, une passion. Mon père est pâtissier et j’ai suivi ses traces”, dit-elle, alors qu’elle monte bout par bout sa génoise. Le gâteau monté, place à la décoration. Une poche lui permet de réaliser des petites décorations à base de crème sur le dessus. Après quoi, elle se livre à une dose d’improvisation, plaçant des morceaux de fruits et de chocolat sur le dessus.

Gagnante dans l’âme

Alison Labour a grandi au sein d’une pâtisserie. Elle se souvient de son enfance où sa fête de Noël était différente de beaucoup d’autres enfants. “Certes, on fêtait Noël, mais on passait beaucoup de temps avec mes sœurs et mon frère à aider nos parents à décorer les bûches de Noël.” Même chose quand il y avait des premières communions. “On plaçait les croix sur les brioches. C’était un peu notre contribution.” À l’époque, son père démarrait son entreprise et opérait dans le garage. Aujourd’hui, la pâtisserie de son père, Caprices de Gervais, compte trois échoppes à travers l’île. Alicia y travaille d’ailleurs quand elle n’assiste pas à ses cours en cuisine ou à ses entraînements et ses rencontres de volley.

Mais le volley-ball n’est jamais très loin, comme en témoignent les deux ballons qui traînent dans le salon. En arrière-plan, un trophée rappelle qu’on a affaire à une championne. “Le volley, c’est un moyen de m’évader.” Troquant sa toge pour un maillot du Quatre-Bornes Volley-ball Club où elle est la capitaine, Alicia Labour dévoile ses biceps et nous parle de son amour pour le volley. “Les joueuses disent souvent que je suis celle qui relie l’équipe.” Gagnante dans l’âme et, de son propre aveu, mauvaise perdante, Alison Labour veut tout gagner. “Pour pouvoir gagner, il faut s’entraîner”, dit-elle, faisant référence aux six jours d’entraînement par semaine auxquels elle a droit quand l’équipe de Maurice va aborder un tournoi.

Une équipe très jeune

Ses prouesses lui ont valu plusieurs récompenses avec son équipe. Double championne de Maurice en titre, sa formation a marqué l’histoire en devenant la première équipe mauricienne à gagner le championnat des Clubs Champions de l’Océan Indien depuis 22 ans.

Ce sport, qui rythme son quotidien depuis une dizaine d’années, lui est tombé dessus un peu par hasard. Jouant un peu au volley au collège Lorette de Quatre-Bornes, elle prend vraiment goût à ce sport en 2010 lors de la création de l’équipe féminine du Quatre-Bornes Volley-ball Club. Prisca Seerungen, coach actuelle de cette formation, lui propose alors de rejoindre ce club. “C’était une équipe très jeune, elle l’est toujours d’ailleurs.” En 2015, l’équipe termine deuxième de la ligue. Dans le même temps, Alicia représente Maurice aux Jeux des Îles de l’Océan Indien. En 2016, Prisca Seerungen reprend les rênes du club en tant que coach et le succès est instantané. L’équipe devient championne de Maurice. En 2017, l’équipe est encore plus forte et rafle tout sur son passage, gagnant la ligue et les différentes coupes. La petite sœur d’Alison, Océanne, fait également partie de l’équipe depuis quelques années.


Bio expressSituation familiale : Célibataire.
Âge : 24 ans.
Plus grande frayeur : Les araignées.
Plat préféré : Curry de poulet, riz blanc et chatini de pomme d’amour.
Film préféré : Avatar.
Chanteur ou groupe préféré : Coldplay.


Parcours

2015 : Termine deuxième de la ligue avec le Quatre-Bornes Volley-ball Club. Représente Maurice aux Jeux des Îles à La Réunion est obtient la médaille de bronze.

2016 : Devient championne de Maurice pour la première fois en remportant la ligue nationale.

2017 : Remporte la ligue pour la deuxième année consécutive et termine la saison invaincue. Remporte également le Charity Shield et la Republic Cup.

2018 : Marque l’histoire avec son club en remportant le championnat des Clubs Champions de la zone 7 avec son club. Termine meilleure contreuse. Remporte également la Republic Cup. Gagne la Tokyo International Mixed Volley-ball Competition. Fait partie de la présélection pour les Jeux des Îles de 2019.


Conseils et recette

Pour Alicia Labour, la pâtisserie est un art qui ne tolère aucune erreur. Un peu trop de sucre ou de levure et votre gâteau est raté. “Contrairement à la cuisine, qui est plus au feeling, le dosage est très important en pâtisserie. Il faut vraiment suivre une recette au milligramme près si on veut avoir un bon résultat. Si je peux donner un autre conseil, c’est d’être le plus créatif possible.”

Crème brûlée parfumée à la fève tonka

Ingrédients
Fèves tonka
100 g de lait
300 g de crème chaude
100 g de jaune d’œuf
70 g de sucre
Sucre cassonade

Préparation
Infuser pendant quelques heures la fève tonka dans 100 g de lait et 300 g de crème chaude. Blanchir 100 g de jaune d’œuf et 70 g de sucre au fouet. Fouetter le mélange de sucre, œuf, lait et crème dans un récipient. Mettre le mélange dans des ramequins et enfourner 30 minutes à 180°C.À la sortie du four, laisser refroidir et saupoudrer de sucre cassonade et ensuite brûler au chalumeau avant de servir.