Il n’y a pas une journée où il ne se passe rien au Champ de Mars. Le monde hippique mauricien est secoué depuis jeudi par des allégations, basés sur des messages WhatSapp, contre Samraj Mahadia qui agit comme intermédiaire dans le recrutement des jockeys étrangers, pour certains entraînements. Les administrateurs ont réagi le lendemain, en suspendant le commissaire incriminé de ses fonctions avec effet immédiat. Le nom de John Zucal a été cité pour pallier à son absence, à partir du mois prochain.

Les messages WhatSapp, sur écran incriminant Samraj Mahadia circulant depuis jeudi, démontreraient le rôle de cet officiel du club qui à travers d’un agent mauricien, basé à Bahrein, a eu des démêlés à Maurice, ainsi que sur le turf sud- africain, dans l’exercice de re- crutement du jockey britannique Richard Oliver chez l’entraîneur Ricky Maingard. C’est ce même agent qui serait derrière la der- nière aventure étrangère de Rye Joorawon. Des négociations sur le salaire du jockey, aussi bien que les noms d’autres jockeys étrangers, figurent dans ces conversations qui auraient déjà étédéposésàlaGRAetàlaPo- lice des Jeux. Entendu vendredi matin, par les administrateurs du MTC, Samraj Mahadia a nié les accusations portées contre lui, avançant qu’il aurait été victime d’un hacking. À l’issue

de cet entretien, les dirigeants du club ont suspendu Mahadia de ses fonctions, le temps que leur enquête soit bouclée. Afin de faire la lumière sur cette af- faire, les jockeys et entraîneurs concernés, seraient appelés à donner leur version des faits sur l’implication de Samraj Mahadia, dans le recrutement de ces pro- fessionnels étrangers.

Afin de pallier à l’absence de Mahadia, le MTC aurait engagé John Zucal qui a passé quelques mois dans la chambre des com- missaires, à Maurice l’an dernier. L’Australien devrait prendre ses fonctions en mai, vu qu’il est actuellement en contrat avec le Turf Club de Tasmanie.

Dans les coulisses, on avance que ce ne serait que le som- met de l’iceberg. Suite à ces dénonciations, d’autres affaires concernant l’octroi des permis des jockeys mauriciens pour- raient bientôt faire surface, si les langues se dénouent pour dé- noncer les agissements abusifs de certains officiels à ce sujet.