Le documentaire “Amédée Maingard: une histoire mauricienne” (2017, écrit et produit par Michel Vuillermet et Thierry Château, Histoire (s) et Productions) raconte le parcours, d’un point de vue historique et artistique, d’un des héros mauriciens du deuxième conflit mondial, surnommé « Dédé » par ses proches. Avec, entre autres témoignages, ceux de Véronique Dalais, sa sœur, Yann et Didier Maingard, ses fils et autres historiens et personnalités mauriciennes.

Le film présenté dans sa version bilingue (française et anglaise) à la librairie Le Cygne, Rose-Hill, révèle une fine analyse du mythe Maingard à travers la reconstitution de sa vie d’homme, de participant aux luttes de la Résistance française, d’agent secret, de fondateur de Beachcomber et d’Air Mauritius. Un film majeur sur la naissance de l`aviation et du tourisme à Maurice grâce à un fils du sol, ni anglais ni français, mais mauricien ayant œuvré pour une industrie économique majeure et une activité sociale prospère à la portée du plus grand nombre.

C’était une famille de corsaires et de marins ; de Josselin Maingard né en 1979 à Saint-Malo, France, Ludovic Maingard, le grand-père à Amédée Maingard, ceux qui ne se sont pas soumis aux forces de la guerre. Michel Vuillermet évoque avec eux leur parcours, les différentes étapes qui les ont menés jusqu’à la reconnaissance, les valeurs d’excellence, de partage et de transmission qu’ils incarnent, à la fois auprès de l’élite politique de l’époque et des jeunes qu’ils ont été amenés à former. Amédée Maingard : une histoire mauricienne, c’est un montage d’images et témoignages pour mieux comprendre ce que fut la lutte clandestine de 1943 à 1945, les acteurs mauriciens et leur rôle dans la décolonisation, le processus de l’indépendance, le développement économique de Maurice.

Bien sûr, il y a eu des alliances et des stratégies de développement pour que l’expansion du commerce Sud-Sud devienne une dimension incontournable visant à répondre à la crise et à soutenir la croissance économique, en particulier dans les moments les plus difficiles : Guerre froide, Apartheid, catastrophes naturelles, déclin économique. On apprend qu’à la naissance d`Amédée, M. Rogers décide « qu’il faut avoir un jeune pour les aider » à la suite de la guerre, la hausse du prix du sucre… Il faut relancer l’économie. Rogers a ainsi développé le côté maritime de l’industrie en achetant plus vaisseaux pour établir le lien entre les îles.

Si Amédée Maingard est connu dans le développement du tourisme et de l`aviation (fondation du Groupe Beachcomber en 1952 et de la compagnie Air Mauritius en 1967 avec le logo du paille en queue) le film de Vuillermet dévoile surtout, à travers quelques exemples d’hommes illustres, les coulisses et l’envers du décor, et la valeur de ces centaines d’hommes reconnus pour leur savoir-faire, leur excellence et leur capacité d’innovation. Depuis sa démocratisation avec Maingard sur un terrain vague où se trouvait le Dinarobin, le tourisme n’a cessé de se développer en recouvrant une grande partie de Maurice. Tantôt perçu comme une activité bénéfique, tantôt considéré comme un danger potentiel pour la population hôte, le développement durable, le tourisme ne s’est jamais présenté comme un phénomène anodin. Il transforme en effet, les sociétés de manière tant positive que négative. Amédée Maingard a travaillé avec les élites politiques et économiques du pays pour créer un état providence. Il demeure un des acteurs économiques qui a su faire émerger en période de tension l’idée d’une nation au prix d’alliances parfois mal vues.

L’imagination et l’action

La guerre s’achève : un homme arrive à ce moment. Il a été agent secret, a connu l’expérience de la clandestinité sous l’occupation allemande et « sans papiers » il a participé aux luttes de la Résistance française. De retour à Maurice, Amédée Maingard (1918-1981) a fréquenté de grands acteurs économiques qui lui ont permis de se faire reconnaître. Le documentaire de Michel Vuillermet, Amédée Maingard : une histoire mauricienne fait de ce dernier un personnage secret, symbole de la Résistance et de la République. L’aviation mauricienne et le tourisme ont connu leur heure de gloire avec Amédée Maingard. Le film documentaire qui nous est proposé souhaite faire connaître ces aspects d`un vaste monde économique dans toute sa complexité. Il participe d’une unité esthétique, une histoire, une écriture, un graphisme, une musique (prises de vues de Selven Naidu, musique originale de Yann Pitard, un mélange de sonorités, une musique indianocéanique) qui relèvent d`un même élan.

Norbert LOUIS