Ameeksha Dilchand a été couronnée Miss Mauritius il y a tout juste une semaine. Âgée de 24 ans, la Curepipienne qui devrait bientôt entamer son rôle d’ambassadrice lors de deux concours internationaux a dû céder sa place à sa première dauphine Shalini Panchoo pour le concours de Miss World à cause de son âge. mais elle participera néanmoins à Miss Universe.  Qui est-elle vraiment ? Ameeksha Dilchand a 24 ans, mesure 1,75m et habite Curepipe. Il y a quelques mois, elle est rentrée de Londres où elle faisait des études de droit (LLB Honours à l’Université de Londres).
Contrairement aux autres filles, Ameeksha a toujours préféré jouer au foot qu’à la poupée. Elle, qui a grandi avec un ballon de football, a conservé les 6 médailles qu’elle a remportées lors de compétitions durant ses années au collège. « Je suis un grand supporter de Manchester United et j’ai hâte de suivre le premier league », dit-elle.
Pour meubler son temps libre, Ameeksha s’adonne, avec son frère et son père, à ses deux passions: le foot et la pêche. « Chez les Dilchand, si vous n’aimez pas la pêche, vous n’êtes pas un Dilchand », dit-elle. La Curepipienne aime aussi jouer au playstation et faire du jardinage. Très casanière, la Miss nationale aime consacrer son temps à la lecture. Sydney Sheldon est l’un de ses auteurs préférés. Véritable garçon manqué (selon ses propres expressions), Ameeksha ne possède que quelques robes dans son dressing. Pas du tout fan de shopping, c’est sa mère qui se charge d’acheter ses vêtements. Quant à ses sneakers et shorts, elle les choisit seule. Dans le salon familial, sur une étagère, Ameeksha a conservé une petite couronne en plastique, car, enfant, elle rêvait de devenir princesse. Rencontrée chez elle, jeudi, la Miss nationale s’est volontiers prêtée à nos questions où elle nous parle de sa participation à l’élection de Miss Mauritius.
Comment as-tu vécu cette élection de Miss Mauritius et que signifie ce titre pour toi?
Je n’en reviens toujours pas que c’est moi qui ai remporté ce titre. C’est une expérience inoubliable. J’ai une deuxième famille maintenant, les membres du comité ainsi que les filles qui étaient très soudées du début à la fin. J’ai bien travaillé avec les ex Miss. Ce titre pour moi représente l’opportunité de représenter mon pays, mais implique aussi un dur labeur et de la patience.
À l’annonce du verdict, tu as fondu en larmes, qu’as-tu ressenti quand ton numéro a été appelé?
C’est quand j’ai senti la couronne et l’écharpe que j’ai vraiment réalisé ce qui m’arrivait.
Généralement, les garçons manqués, comme tu te qualifies toi-même ne sont pas intéressés à s’inscrire à un concours de beauté ouvert aux filles. Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire?
Je suis très encadrée. C’était aussi un rêve d’enfant que j’ai oublié au fil des années. J’ai vu l’annonce dans le journal. Mes proches m’ont alors beaucoup encouragés.
Es-tu déçue de ne pas pouvoir participer à l’élection de Miss World l’année prochaine à cause de ton âge et que c’est Shalini Panchoo qui y va à ta place?
I’m ok with it. Shalini est belle et intelligente. Je suis contente pour elle. Mais ça, je le savais déjà: les filles qui vont à Miss World doivent être âgée de 17 à 24 ans.
Qu’est-ce que cette expérience t’a apportée? Te sens-tu différente d’avant?
J’ai gagné en maturité. J’ai rencontré des personnes intéressantes. J’ai appris le sens de la responsabilité, à être plus disciplinée. J’ai beaucoup appris, de la préparation physique à la manière de marcher. L’ex-Miss Maurice, Magalie Antoo, m’a même tenu par la main pour me montrer comment marcher. Des conseils nous ont été prodigués et cela m’a permis d’aiguiser ma féminité. Le fait d’atterrir dans ce monde glamour m’a changée dans le bons sens. Avant, c’était ma mère qui achetait mes vêtements. I trusted her. Les sneakers, et les shorts, c’était tout moi. Maintenant, j’ai envie d’être féminine. Le garçon manqué maintenant, c’est fini.
Que va-t-il se passer pour toi dans les mois à venir?
J’ai un programme très chargé. Je serai présente dans plusieurs manifestations. Déjà pour Miss Talent, nous avons organisé une vente aux enchères pour récolter des fonds. Nous allons continuer de travailler pour des associations caritatives. Et après, il faudra se préparer pour représenter les couleurs de Maurice à l’élection Miss Universe.
Les filles étaient-elles bien préparées pour répondre aux questions? Selon toi, pourquoi certaines d’entres elles qui, par ailleurs, possédaient beaucoup de qualités physiques, ont perdu leurs moyens?
La pression to do better et le stress oppressent les candidates. Pour les spectateurs, ce n’est qu’un show. Ils n’imaginent pas tout le travail qu’il y a derrière.
Pour finir, que dirais-tu à toutes ces filles qui ne veulent pas se lancer à la conquête du titre de Miss Maurice?
Je leur dirai de croire en elle-même, de foncer, parce que ce concours forge le caractère.