Cela fait seulement six mois que Ameenah Gurib-Fakim, la Présidente de la République a quitté son tablier de scientifique pour devenir la première femme à occuper la fonction de présidente de la République de Maurice. Et déjà, celle-ci a imposé son style et est devenue l’ambassadrice internationale dans le domaine de la promotion de la science, de la recherche technologique et de l’innovation. Sollicitée aux quatre coins du monde par les organisations les plus prestigieuses pour apporter la « bonne parole » de la science, elle est aussi pleinement engagée dans la promotion de l’enseignement supérieur en Afrique, où elle a déjà participé à plusieurs conférences. Dans une interview accordée au Mauricien en cette fin d’année, Ameenah Gurib-Fakim nous parle de son respect des institutions et de la Constitution, dans laquelle ses attributions sont clairement définies. Tout en se disant consciente que toute modification de l’étendue de ses responsabilités et de ses pouvoirs relève de l’exécutif et des législateurs, elle veut aussi imprégner un degré de laïcité et de neutralité par rapport aux religions.
Voilà six mois que vous êtes à la tête de l’État en tant que présidente de la République, on a l’impression que vous êtes en poste depuis longtemps…
Comme vous le dites, cela ne fait que six mois. On ne peut même pas parler de bilan puisque c’est trop court.