Commentant les deux projets de loi actuellement examinés par l’Assemblée nationale, le Workers Rights Bill et l’Employment Relations (Amendment) Bill, le ministre du Tourisme, Anil Gayan, a argué que ces lois ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie des employés. « J’espère que ces lois vont passer et seront promulguées très vite. Après cinq ans de travail, chaque employé aura droit à 30 jours de vacances payés par l’employeur. C’est une nouveauté et cela aidera au bien-être des employés. Le cadre juridique pour les employés du tourisme ne change pas. Le ministre a bien expliqué que les employés devront travailler 45 heures », a-t-il expliqué.

Invité à commenter les inquiétudes du secteur privé eu égard à ces deux projets de loi, le ministre a expliqué qu’à Maurice « dès qu’il y a un changement, tout le monde est inquiet, mais selon les dernières déclarations de Business Mauritius, ils sont d’accord avec le projet de loi ». Il ajoute : « Donc ces inquiétudes étaient plus par manque d’information. » Anil Gayan participait ce lundi matin à l’ouverture de la session de “Brainstorming” organisée par le Tourism Employees Welfare Fund à Voila Bagatelle.

Par ailleurs, Anil Gayan a lancé un appel aux médias et employés du secteur touristique, notamment, s’agissant de la protection de la vie privée des touristes qui visitent le pays. « Je fais un appel spécial à tous. C’est vrai que nous avons quelques problèmes actuellement, incluant le Brexit, mais il y a aussi d’autres dangers qui font un tort immense à notre industrie : les smartphones et les réseaux sociaux. Vous devez savoir qu’il y a des sommités qui ont cessé de venir passer leurs vacances à Maurice », a expliqué le ministre.

À cet égard, il a situé l’importance du « secret professionnel qui doit être respecté » que ce soit par les médias ou les employés du secteur. « Il y a des lois dans l’Union européenne pour protéger la vie privée des individus et, ici, on a la Data Protection Act, à laquelle vous êtes tous soumis. Le secteur peut apporter de la prospérité mais il reste très vulnérable. Nous devons être vigilants. Par exemple, il y a beaucoup de touristes qui ne sont pas d’accord qu’on les prenne en photo. Je lance un appel aux médias, il ne faut pas tout publier. Cela fait un tort immense à notre secteur », a expliqué le ministre.

Il a aussi lancé un appel aux employés du secteur touristique, car « ils sont amenés à prendre connaissance des détails sur la vie privée des touristes qui se rendent chez nous ». Il poursuit : « Ces informations appartiennent aux hôtels qui se sont engagés à ne pas les divulguer. Il arrive parfois que les employés révèlent ce genre d’informations aux médias locaux et aujourd’hui avec Internet, ces informations vont partout et font beaucoup de tort à notre destination. Tout ce qui concerne la vie privée des touristes ne doit pas être rendu public. Nous devons tous agir avec prudence si nous voulons pérenniser notre secteur. Nous devons protéger et défendre notre industrie. »

Interrogé par un confrère, si ce droit à la vie privée concerne également les politiciens, Anil Gayan a souligné que « beaucoup de médias se présentent comme “holier than thou” ». Et d’ajouter : « On voit dans les journaux beaucoup d’articles de journalistes qui ont des billets gratuits. Ils publient des articles pour promouvoir certaines choses. Donc, il ne faut pas voir le mal partout. » Par ailleurs, à l’ouverture de la conférence, le ministre du Tourisme a rendu hommage aux travailleurs du secteur touristique qui contribuent à « donner au secteur ses lettres de noblesse ». Il a souligné que ces employés travaillent 7/7, 24/24 et ne connaissent pas de jour férié. « Ils n’ont pas le temps d’être fatigués », dit-il.