Les patients inopérables à Maurice n’auront plus à se rendre à l’étranger pour des interventions chirurgicales. Le ministère de la Santé a pris des mesures pour qu’ils soient traités à Maurice par des chirurgiens indiens. C’est ce qu’a annoncé vendredi le ministre de la Santé, Anil Gayan, lors d’un point de presse. Le ministre a entamé des négociations à ce sujet en Inde lors de sa récente mission dans la Grande Péninsule en compagnie du directeur général des services de santé, le Dr Pauvaday. « Cette mesure prendra effet dès maintenant. Les demandes pour les opérations à l’étranger seront traitées par le management du ministère. Bien sûr, dans les cas urgents et exceptionnels, les patients seront envoyés à l’étranger, en Inde, voire même à côté de chez nous, à La Réunion », a déclaré Anil Gayan. Maurice, dit-il, « a également déjà des accords avec la Suisse et le Pakistan ». En outre, il a indiqué que l’hôpital Nehru de Rose-Belle sera « upgraded » avec l’aide indienne et qu’il deviendra un hôpital universitaire. Une première rencontre aura lieu à Maurice le 14 avril avec la partie indienne pour le suivi des projets.
Une unité de neurologie verra le jour également à l’hôpital Jeetoo, à Port-Louis. La chirurgie maxillo-faciale, pour les difformités congénitales du visage, a  été également évoquée. Par ailleurs, le ministre de la Santé a indiqué que le “shift system” dans les hôpitaux pour les médecins des Accident and Emergency Departments (Casualty) entrera en vigueur le 1er avril suite au recrutement de 136 médecins. Deux “shifts” seront mis en place.
Anil Gayan a expliqué que la décision de faire venir les chirurgiens étrangers à Maurice a pour but de rendre le système de Santé plus équitable. « Tout le monde doit avoir le même traitement, et pas seulement ceux qui en ont les moyens. Et bien souvent, l’argent que donne le ministère aux patients inopérables à Maurice est insuffisant, ce qui cause d’autres soucis aux familles », a-t-il affirmé. « Nous allons tout faire pour doter les hôpitaux des équipements et nous avons demandé au Procurement  Office de faire le nécessaire. Le personnel médical sera aussi formé de façon continue par les chirurgiens étrangers. » Le ministre de la Santé a également précisé que « les opérations de patients mauriciens à Maurice même leur éviteront d’être dépaysés et d’être éloignés de leurs proches ». En outre dit-il, « la langue et la nourriture sont différentes ».
Au cours de sa mission en Inde, le ministre de la Santé a eu des entretiens avec son homologue, M. Naga, et le ministre de la médecine traditionnelle et ayurvédique, M. Naek. Par ailleurs, Anil Gayan a  évoqué la possibilité que Maurice puisse acheter des équipements groupés avec l’Inde afin de les payer moins cher. Un architecte spécialisé viendra de l’Inde pour la construction du “bunker” qui abritera les équipements radioactifs pour l’hôpital du cancer (ex-Medpoint). Selon Anil Gayan, les projets à Maurice sont retardés à cause d’un manque de compétences locales. Il a aussi déclaré avoir évoqué avec le Premier ministre le retard des travaux de l’hôpital du cancer à cause « des procédures de “procurement” trop lourdes ». Selon lui, « le prochain Budget devrait contenir des dispositions pour ce projet ».