Une question me tourmente depuis un moment : notre pays serait-il la possession de quelques personnes, pour qui présider le destin national semble un droit du sang ? Une sorte de monarchie où les prétendants au trône se disputent la couronne entre eux. Tu m’étonnes qu’une nouvelle classe politique peine à s’épanouir, dans un climat comme ça. Il y a certes quelques “jeunes” de moins de cinquante ans. Mais pas de quoi s’extasier non plus car une allégeance sans borne est vouée au chef charismatique. Sans réelle divergence d’idée possible. Ceci est valable pour tous les partis qui ont pris la tête du pays.