APOSTOLAT DE LA MER: Le diocèse de Port-Louis envisage de se débarrasser de la Travessa House

La Mauritius Sailors Home Society considère cette démarche comme inopportune

Le diocèse de Port-Louis envisagerait actuellement de se débarrasser de la Trevessa House qui a été utilisée pendant plusieurs années par l’Apostolat de la mer avant que sa gestion ne soit confiée à la Mauritius Sailors Home Society en 2010. Toutefois, la Mauritius Sailors Home Society (MSHS) considère que la démarche de l’évêché de Port-Louis est inopportune.
Le cardinal Maurice Piat a déjà informé la MSHS de son intention. Il considère que l’objectif visant à faire du bâtiment, dont la construction en 2005 a été financée par l’International Transport Federation (ITF) Seafarers Trust, un vrai Seafarers Welfare Centre n’a pas été atteint. Il estime que ni l’apostolat de la mer ni la MSHS n’ont réussi à faire fonctionner la Travessa House comme un vrai welfare centre.
Tenant en compte ses responsabilités vis-à-vis de l’ITF, l’évêché se propose d’approcher le gouvernement afin qu’il prenne en main le bâtiment complètement afin d’en faire un véritable Seafarers Welfare Centre. Au cas où ses démarches n’aboutissent pas, l’évêché se propose de vendre le bâtiment et de rembourser à l’ITF la totalité du don qu’il avait fait à l’époque à l’Apostolat de la mer. Le surplus éventuel serait versé à la MSHS. Il est, par conséquent, demandé à la MSHS de libérer le bâtiment du diocèse de Port-Louis.
La démarche du diocèse est accueillie avec étonnement et surprise au niveau de la MSHS. Selon des informations recueillies auprès de la société, cette dernière a multiplié les efforts en vue de mettre le bâtiment en état après avoir constaté que non seulement la construction était incomplète mais que le bâtiment était tombé dans un état de désuétude et était laissé à l’abandon. Cette situation avait fait l’objet de critiques de la part de la communauté maritime. Certains considéraient que le bâtiment était en fait un éléphant blanc.
C’est ainsi qu’après avoir vendu un terrain qui était occupé par le Merchant Navy Club depuis 1857 pour un montant de Rs 38 millions, la MSHS avait approché le diocèse de Port-Louis afin de rénover le bâtiment et poursuivre sa mission consistant à s’occuper du bien-être des gens de la mer. L’initiative avait bénéficié du soutien de l’ITF. C’est ainsi qu’un management contract a été conclu avec le diocèse en novembre 2010 et qui a été ensuite renouvelé à deux reprises jusqu’en 2023.
Le centre a pu reprendre ses activités en 2013 après des travaux de rénovation qui ont coûté Rs 37 millions. La MSHS a opéré le centre sans aucune aide financière. Toutefois, après de multiples démarches auprès de diverses autorités et du Seafarers Welfare Fund (SWF), la société s’apprêtait à conclure un MoU avec ce dernier portant sur une aide financière, à condition toutefois que le fonds puisse disposer d’un bureau dans la Travessa House. Le problème, selon des porte-parole de la MSHS, est que l’évêché s’est opposé à ce projet, estimant qu’il a toujours été « contre toute occupation par la SWF d’une partie du bâtiment du diocèse ».
« Comment expliquer qu’alors que le diocèse s’oppose à l’occupation d’une partie du bâtiment par le SWF qui tombe sous le ministère de la Pêche, il se propose de mettre le bâtiment entièrement à la disposition de ce ministère ? » se demande-t-on. On s’étonne que l’annonce de l’évêché concernant sa décision soit de mettre le bâtiment à la disposition du gouvernement soit de le vendre intervienne juste au moment où la MSHS s’apprêtait à conclure un accord avec le SWF. On souhaite que l’évêché ne prenne pas une décision sur une base unilatérale et accepte de discuter avec toutes les parties prenantes afin d’arriver à une solution acceptable dans l’intérêt des gens de la mer en général.