APPLE: La presse américaine rend hommage au "visionnaire" Steve Jobs

La presse américaine hommage rendait jeudi un hommage unanime au cofondateur d'Apple Steve Jobs, saluant le "visionnaire" dont l'oeuvre a "largement contribué à façonner l'ère informatique".
La mort de Steve Jobs, décédé mercredi d'un cancer à l'âge de 56 ans, "a laissé sans voix les employés et les fans d'Apple" à travers le monde, écrit le Los Angeles Times.
"Apple a perdu un dirigeant visionnaire qui a révolutionné l'usage de l'informatique et créé des produits qui sont devenus des icônes comme l'iPod, l'iPhone, l'iPad, faisant de Jobs l'un des chefs d'entreprise les plus importants de sa génération", remarque le Chicago Tribune.
Le Wall Street Journal, dont la Une est sobrement titrée "Steven Paul Jobs, 1955-2011", souligne qu'en plus d'être un créateur de génie, le fondateur d'Apple était un homme d'affaires avisé.
"La manière dont il a fait la promotion de ses produits, comment il les a vendus via des campagnes publicitaires intelligentes et les magasins Apple Store ont contribué à transformer l'entreprise en un phénomène de la culture populaire", souligne le quotidien financier.
"En calculant que les gens seraient prêts à payer plus cher pour avoir des produits plus créatifs, Jobs a eu le génie de comprendre avant les consommateurs ce dont ils avaient besoin", renchérit le Washington Post.
Pour le New York Times, "Jobs a largement contribué à façonner l'ère informatique".
Le quotidien de la côte Est publie en Une une photo de Jobs lors de la présentation de la tablette informatique iPad et un portrait détaillé du cofondateur d'Apple. Le journal raconte comment Jobs a "forgé sa vision du monde dans la contreculture des années 60 à San Francisco".
Le New York Times rappelle comment Steve Jobs était revenu aux commandes d'Apple en 1997 pour "superviser la création d'appareils numériques innovants les uns après les autres: l'iPod, l'iPhone et l'iPad", qui "ont non seulement transformé des produits comme les lecteurs de musique et les téléphones portables, mais aussi des pans entier de l'économie, comme la musique et les communications mobiles".
"S'il avait une devise", ce serait "soyez insatiable, soyez fou", ajoute le New York Times, notant que Jobs avait dit à propos de cette maxime: "C'est toujours ce que j'ai souhaité pour moi-même".
Pour USA Today enfin, la mort de ce chef d'entreprise "souvent comparé à Henry Ford et Walt Disney (...) soulève des interrogations quant à la capacité du groupe à pouvoir continuer à fasciner les consommateurs avec des produits nouveaux et indispensables qui ont contribué à définir toute une génération".