Assad Bhuglah, qui a pris sa retraite de la fonction publique après avoir été directeur de la Trade Policy, International Trade Division, est actuellement responsable de la Commission art et culture du Centre culturel islamique. Il a participé activement à l’organisation des manifestations du CCI dans le cadre du 50e anniversaire de l’indépendance dont une exposition consacrée à la présence et à la contribution des musulmans à la nation arc-en-ciel et d’autres activités en vue d’une plus grande ouverture du CCI à Maurice et à Rodrigues. Dans l’interview accordée au Mauricien, il nous parle de l’importance symbolique de l’Aapravasi Ghat pour l’unité de la nation mauricienne et de son livre en créole consacré au Dr Idrice Goumany.

Assad Bhuglah, vous avez toujours été associé au commerce international dans votre vie professionnelle. Mais maintenant, nous vous voyons plus actif sur les fronts culturel et littéraire. Qu’est-ce qui explique ce changement?

J’ai toujours été passionné d’histoire, de géographie, de sciences sociales et de journalisme. Je voulais poursuivre des études universitaires dans l’une de ces disciplines. J’ai grandi en tant qu’étudiant à un moment où Maurice venait d’obtenir son indépendance et où l’île faisait face à de graves problèmes économiques, avec un chômage massif. Le professeur Meade a décrit un scénario sombre pour Maurice. Tenant compte de la réalité du marché en matière d’emploi, Freddy Sakir, qui était alors responsable de l’orientation professionnelle, m’a conseillé de choisir l’économie et le commerce international. À mon retour du pays, j’ai pris de l’emploi dans la fonction publique où j’ai été affecté au ministère du commerce avant de prendre la tête du service de commerce international qui m’a donné l’occasion d’être partie prenante dans toutes les négociations bilatérales et multilatérales dans le domaine commercial.

Après ma retraite, je trouve davantage de latitude pour être actif au niveau social et culturel et pour être plus à l’aise avec ce que j’ai toujours voulu faire pendant ma jeunesse. Comme vous le savez, je suis membre du conseil d’administration du Centre culturel islamique où j’ai la responsabilité particulière de donner un coup de pouce à la promotion des arts et de la culture. Dans une société multiculturelle, il est important pour chaque entité culturelle de sortir du “silo” et d’atteindre les autres, de se faire comprendre aux autres afin que la tolérance et l’harmonie sociale l’emportent. Dans un certain sens, je consacre plus de temps à découvrir comment les êtres humains interagissent les uns avec les autres dans des contextes donnés et comment les problèmes sociaux affectent notre société.

La commémoration de l’arrivée des travailleurs engagés à Maurice est l’occasion de se pencher sur un aspect important de l’histoire de Maurice. Comment cette commémoration vous interpelle-t-elle?

L’histoire est vraiment importante car elle nous aide à tirer les leçons des erreurs de nos ancêtres afin de ne pas faire ce qu’ils ont fait et de travailler pour que Maurice soit un meilleur endroit où vivre. Mais très souvent, l’appréciation de notre héritage passé est brouillée par une vision myope de l’Histoire. La plupart des récits dans les livres d’histoire sont issus de la perspective coloniale. On tend à présenter l’histoire de Maurice sous une forme fracturée, ou essayer de représenter un groupe faisant mieux que l’autre ou encore ignorer et mettre de côté les contributions d’autres composantes dans l’équation arc-en-ciel. Maurice est une île d’immigrés. Il y a eu plusieurs vagues de migrants à différents moments au cours des trois derniers siècles: Français, esclaves africains, lascars, travailleurs sous contrat et Chinois. Ils ont tous leurs empreintes.

Aapravasi Ghat est devenu le symbole des premiers travailleurs engagés et est aujourd’hui un patrimoine reconnu par l’UNESCO. Est-ce que vous vous reconnaissez dans ce symbole?

Aapravasi Ghat est un symbole national pour tous les Mauriciens. Le mot ‘aapravasi’ signifie immigrant et le mot ‘ghat’ désigne un lieu ou une structure entre la côte et la terre. Il était auparavant connu sous le nom d’Immigration Depot. Avant la connexion aérienne de Maurice, Port-Louis était le seul point d’entrée et de sortie officiel pour les voyages et les échanges commerciaux avec le monde extérieur. Ce port et son infrastructure maritime ont été construits par Mahé de Labourdonnais, avec l’aide de lascars (marins indiens) et d’esclaves. Cet endroit nous rappelle les sordides souvenirs du “coolie trade”, selon lesquels des milliers de travailleurs sous contrat ont été “jetés” après de longs et périlleux voyages maritimes vers une destination inconnue des passagers. L’Aapravasi Ghat était, pour ainsi dire, le premier point de contact avec Maurice où ils allaient commencer une nouvelle aventure. Cependant, les marches pierreuses de l’Aapravasi Ghat, que les travailleurs sous contrat empruntaient pour la première fois à leur arrivée à Port-Louis, existaient depuis près de cent ans – bien avant que les travailleurs sous contrat n’atteignent le rivage de la ville.

Donc Aapravasi Ghat et ses perrons constituent un symbole fort pour toute la population….

Bien sûr! Depuis l’achèvement de la construction du port de Port-Louis au milieu des années 1770, tous les immigrants, quelles que soient leurs origines, avaient emprunté l’escalier d’Aapravasi Ghat.

Avez-vous eu l’occasion de retracer l’origine de votre famille?

Je n’ai pu faire grand-chose pour retrouver les racines de ma famille. Cependant, d’après ce que j’ai appris de mon père et selon la tradition orale d’anciens membres de la famille, mon ancêtre est arrivé à Maurice en 1859, à l’âge de 9 ans. Quand il était enfant, il pleurait toujours, regardant vers la mer, aspirant à retourner dans son pays natal. À sa mort, il a été enterré quelque part à Trou-aux-Biches. On m’a dit qu’il y avait un autre jeune garçon du même âge, qui portait le même nom de famille, Bhuglah. Alors que mon ancêtre a grandi dans une famille musulmane de Triolet, l’autre garçon a été adopté par une famille chrétienne de Rose-Hill et est donc devenu chrétien. J’ai toujours été curieux de savoir ce qui pourrait pousser les jeunes enfants à quitter leur pays d’origine pour venir Maurice. Outre la pauvreté, les effets de la guerre civile étaient une autre raison.

Je peux douloureusement la visualiser lorsque je vois à la télévision comment des milliers d’enfants sont abandonnés ou livrés à eux-mêmes pendant la guerre civile en Syrie. Puis, je pense à une tragédie semblable à celle vécue par nos ancêtres en Inde. En 1857, les combattants de l’indépendance indienne à Meerut et dans d’autres régions de l’Inde avaient manifesté contre le régime britannique. La rébellion a été brutalement réprimée par l’armée britannique. Tous ceux qui étaient soupçonnés d’avoir participé à la révolte étaient sévèrement punis, emprisonnés ou exilés dans d’autres pays. Leurs terres, leurs richesses et leurs propriétés ont été confisquées par les Britanniques. Les membres de leur famille étaient inscrits sur la liste noire et pouvaient trouver un emploi ou gérer une entreprise. Beaucoup ont fui les villes ou se sont réfugiés dans des villages isolés. Si vous voyez le graphique ou les statistiques sur l’arrivée de travailleurs indiens sous contrat depuis 1834, vous remarquerez que les années 1858 et 1859 ont été marquées par le plus grand nombre d’arrivées d’immigrants indiens, qui comprenaient également des enfants mineurs.

Avez-vous rencontré des descendants d’autres lignées Bhuglah?

Oui, tout récemment. Presque tous ont quitté Maurice avant l’indépendance et sont installés au Royaume-Uni, en France et en Australie. J’ai rencontré quelques-uns à Londres, ils ont été agréablement surpris de savoir qu’il existait une autre lignée de Bhuglah à Maurice.

Vous célébrez chaque 2 novembre l’anniversaire de la mort d’Idrice Goumany. Pourquoi ?

C’est une façon de rendre hommage à quelqu’un qui a sacrifié sa vie tout en sauvant la vie des travailleurs engagés indiens infectés par la maladie mortelle de la variole. Dans les années 1880, l’île était touchée par des maladies contagieuses telles que le choléra et la variole, largement propagés par des navires débarquant des passagers malades à Port-Louis. Le cas des travailleurs engagés était plus pathétique. Après un long et périlleux voyage en mer de près de 40 jours, ils n’étaient pas autorisés à débarquer au port mais ont été transportés par bateau jusqu’à la quarantaine de Pointe-aux-Cannoniers qui était restée sans médecin pendant plusieurs années. Tous les médecins sollicités par les autorités coloniales ont catégoriquement refusé de traiter ces patients misérables. En 1886, un jeune du nom d’Idrice Goumany venait de rentrer dans la colonie après avoir terminé ses études de médecine en Écosse. Dans le registre almanach et colonial de Maurice, établi en 1887, le docteur Idrice Goumany était le seul Indo-Mauricien à figurer sur la liste des médecins.

Il a répondu positivement à l’appel du gouvernement colonial et s’est porté volontaire pour prendre en charge la quarantaine. Il aurait également pu refuser cet emploi et poursuivre une vie confortable à Port-Louis, où les consultations privées étaient plus rémunératrices que les emplois du gouvernement. Mais il était motivé par le sens de l’humanisme et du professionnalisme. La quarantaine de Pointe-aux-Cannoniers était située dans un endroit isolé et il n’était pas facile d’obtenir un moyen de transport terrestre. On y accédait principalement par bateau de Port-Louis à Pointe-aux-Cannoniers. Les conditions dans lesquelles travaillait le Dr Goumany dans la quarantaine pouvaient être comparées à celles d’une prison. Ses proches et ses amis ne pouvaient lui rendre visite et le médecin lui-même devait rester dans la quarantaine pendant des semaines avant de pouvoir sortir pour rendre visite à sa famille à Plaine-Verte. Rappelez-vous qu’il n’y avait pas de téléphone à cette époque qui lui aurait permis de rester en contact avec le monde extérieur. Le Dr Goumany a consacré son temps et son âme au traitement des patients jusqu’à ce qu’il contracte lui-même la maladie mortelle et décède dans l’exercice de ses fonctions. Sa mère et des membres de sa famille voulaient lui rendre visite au cours des dernières heures de sa vie ou prendre possession de son cadavre. Mais cela n’était pas possible en raison des restrictions imposées à la quarantaine.

Pourquoi doit-il être un symbole national ?

Dr Idrice Goumany est un modèle qui incarne des valeurs universelles intrinsèques telles que le sacrifice, la discipline, le patriotisme, le travail acharné et la compassion pour les autres. Comme beaucoup de professionnels de cette époque, il aurait pu saisir l’opportunité de rester en Europe et de profiter de bonnes choses de la vie. En fait, il avait une fiancée française qui le suppliait de rester à Paris. Mais il voulait être à l’appel de son peuple et il est rentré à Maurice. Il était conscient que ses parents avaient contracté une énorme dette pour financer ses études en Écosse et, en tant que bon fils, il n’a pas renoncé à ses obligations d’alléger leur fardeau financier. Mais une fois rentré sur l’île, il a vécu sa vie professionnelle pendant à peine trois ans et est décédé laissant des dettes impayées. Après sa disparition, la famille a été ruinée financièrement. Mais il faut saluer la décision et la détermination de ses parents de faire un si grand sacrifice pour lui donner une éducation moderne à un moment où régnaient de nombreux préjugés et discriminations à l’égard des personnes d’origine indienne et africaine.

L’éducation était un monopole et un privilège de l’oligarchie et de la classe bourgeoise. L’exemple de la famille Goumany pourrait servir de cas d’étude sur la mobilité sociale des immigrés. En moins de trois générations, la famille Goumany a pu gravir les échelons sociaux du statut de lascar au statut de professionnel. Mais il s’est effondré après l’épisode tragique de Pointe-aux-Cannoniers. Je pense que nous pouvons citer de nombreux Mauriciens qui ont émigré en Europe, au Canada et en Australie et ayant connu le même parcours. En tant que migrants, ils ont toujours le besoin de travailler très dur pour réussir. Mais ils sont extrêmement vulnérables car leur succès dépend de leurs capacités personnelles ou de leurs exploits professionnels.

S’ils perdent leur emploi ou sont incapables de travailler ou décèdent accidentellement, leur entourage immédiat risque de tomber dans l’échelle sociale à moins de posséder des actifs productifs ou une assurance-vie pour les maintenir. En tant que nation d’immigrés et de pays qui encourage l’émigration, il est important d’être attentif aux histoires inédites des migrants et de la diaspora mauricienne. M. Goumany symbolise également le trait d’union entre deux vagues d’immigrants: ceux qui sont venus pendant la domination coloniale française et ceux qui sont arrivés pendant la domination britannique. Le Dr Goumany est un symbole du métissage: il était le fils d’un lascar Ameer Goumany et d’une Franco-Kreol Roseline Margueritte Cesar.

Vous avez écrit une pièce de théâtre en kreol en sa mémoire.

L’année dernière, j’ai écrit un livre intitulé « Dr Idrice Ameer Goumany: le héros oublié de Maurice ». Ce livre permet de mieux connaître la véritable histoire du Dr Goumany et ses services à la nation. Cette année, un groupe de jeunes artistes, qui le considèrent comme une icône de la Plaine Verte, souhaite mettre en scène une pièce sur cette personnalité. La pièce consacrée à Idrice Goumany a été jouée pour la première fois en 1966. Il s’agissait du titre de Victime du Devoir, écrit en français par le regretté Ishack Hasgarally. Le rôle du Dr Goumany a été joué par Cassam Uteem. Nous avons cherché le scénario de ce drame partout, mais on ne le trouvait nulle part. Finalement, j’ai décidé d’en écrire une nouvelle version, mais en kreol. C’est facile de parler le kreol, mais c’est un véritable défi pour l’écriture. Mais avec l’aide d’amis de Ledikasion Pu Travayer, de la Creole Speaking Union et aussi de l’aide précieuse d’un professeur de kreol, j’ai pu mettre mon script en orthographe officielle. Mon nouveau livre intitulé Dr Idrice Goumany: Drama an kreol est en cours d’édition chez les Editions Le Printemps et sera lancé le 3 novembre à la CCI par le Président de la République par intérim. À la même occasion, ce récit sera interprété en direct par un groupe d’artistes sous la direction de Rashid Neerooah.

Comme vous le savez, la charte de la CPI prévoit de promouvoir l’arabe et l’ourdou. Mais, en tant que membre du conseil d’administration, j’ai écrit un texte d’une valeur historique en kreol. Je suis très reconnaissant au président et aux membres du conseil d’administration de m’avoir soutenu dans cette initiative. Je pense que c’est un message fort que nous voulons transmettre: nous ouvrir à d’autres cultures et langues. Je suis persuadé que mon livre enrichira la littérature mauricienne et constituera un atout majeur pour la langue kreol.

La question du recensement ethnique suscite beaucoup de débats. Quel est votre avis?

Nous reconnaissons tous que Maurice est une nation arc-en-ciel. Après plusieurs décennies de cohabitation, nous avons appris à vivre ensemble tout en maintenant notre diversité et nos différences. Que vous procédiez à un recensement ethnique ou non, les Mauriciens continueront à vivre et à coexister avec leurs spécificités culturelles et religieuses. Le dernier recensement ethnique remonte à 1972. Depuis, je n’ai pas trouvé grand-chose qui a changé dans le comportement et la pensée communautaire des Mauriciens. En général, les Mauriciens déclarent publiquement qu’ils sont citoyens mauriciens, mais ils continuent néanmoins à vivre leur vie dans leurs communautés respectives. Ce n’est pas une exagération. À Maurice il y a beaucoup de centres culturels et de speaking unions qui sont financés par le gouvernement. Les structures religieuses (toutes religions confondues) se multiplient grâce à des initiatives privées. En l’absence de recensement ethnique officiel, on risque de se retrouver en présence d’initiatives privées qui mèneront leurs propres études sur chaque communauté ou chaque groupe religieux. À l’ère des médias sociaux et de Facebook, les résultats d’enquêtes ethniques menées par des entités privées seront largement accessibles au public. Et les gens auront tendance à les utiliser comme référence même si elles ne sont pas faites de manière scientifique. Ce qui induirait les gens en erreur.

Cela créera des suspicions, des doutes et des tensions. Ce qui fait qu’il vaut mieux faire un recensement officiel pour obtenir des résultats fiables, vérifiables et impartiaux. En outre, dans une société multiethnique et multiculturelle, il faut des statistiques détaillées et des données fiables pour comprendre le comportement de chaque groupe dans la communauté, afin de trouver des solutions à certains problèmes sociaux spécifiques. C’est comme un médecin qui a besoin d’un scanner complet du corps pour diagnostiquer la maladie d’une personne fragile. Maurice est une société très fragile et vulnérable. Nous avons besoin de données fiables et de qualité pour la planification future. Mais il faut souligner que les données à caractère personnel d’un recensement sont soumises à la confidentialité.

Ne pensez-vous pas que si tous les centres culturels sont ouverts à tout cela facilitera la compréhension entre les communautés à Maurice?

Je ne peux pas parler pour d’autres centres culturels et de Speaking unions. Mais en ce qui concerne la CCI, nous avons déployé des efforts considérables pour nous ouvrir aux autres. Nous les invitons à toutes nos fonctions et activités. Mais nous avons remarqué que la réponse des autres est très faible et non réciproque. Cependant, je dois souligner que la CCI et l’Aapravasi Ghat Trust Fund ont étroitement collaboré au cours des trois dernières années pour la commémoration du Dr Idrice Goumany. Dans l’ensemble, il n’y a pas beaucoup de visibilité sur le fonctionnement et les activités de nombreux centres culturels et speaking unions. Peut-être sont-ils actifs, mais au niveau de leurs communautés respectives.

On parle de la Route des Esclaves, de la Route de L’engagisme, que pensez-vous de la Route de la Soie ?

L’esclavage et le travail forcé font partie de la ramification de l’histoire maritime de l’océan Indien. Cela rappelle le sang et la sueur de nos ancêtres. Nous sommes fiers d’être leurs descendants, nous devons construire un nouvel avenir pour la postérité. Toutefois, beaucoup dépendra de la trajectoire économique que nous voulons tracer. Dans un passé lointain, la route maritime de la soie avait énormément contribué au commerce, aux échanges culturels et à la coexistence pacifique de différentes races, cultures et personnes. L’océan Indien a été une plate-forme de convergences pour les civilisations. Ce méga projet de la nouvelle Route de la Soie, avec ses ramifications maritimes, est maintenant relancé. Maurice, pays à vocation maritime, ne peut pas se permettre de rester en marge de cette Route de la Soie maritime.