ASSEMBLÉE NATIONALE : Sous le signe d'une apparente redistribution de cartes

Reza Uteem retire sa question à Maya Hanoomanjee sur les équipements "vié feray" de MedPoint

Une atmosphère un peu lourde a prévalu lors de la dernière séance parlementaire de mardi suivant un week-end qui a été marqué par une véritable passe d'armes entre le Premier ministre et le leader de l'opposition autour de l'affaire MedPoint. Elle a d'ailleurs été marquée par deux faits assez révélateurs quant à une apparente redistribution des cartes dans l'hémicycle, le député du MMM Reza Uteem retirant sa question sur les équipements "vié feray" de MedPoint destinée à Maya Hanoomanjee et son collègue Joe Lesjongard, un ancien du MSM, disant lors de son intervention sur The Excise (Amendment) Bill qu'il ne "tient pas rigueur à Pravind Jugnauth"pour avoir proposé ce texte pour être adopté dans toutes ses étapes le même jour.
La séance avait démarré dans un silence très pesant. Le leader de l'opposition qui est d'ordinaire à sa place une bonne dizaine de minutes avant de poser sa Private Notice Question, est arrivé dans l'hémicycle quelques minutes seulement avant le début de la séance. Il a été suivi de près par le Premier ministre qui avait l'air grave. Pas de commentaires avant le démarrage des travaux comme c'est la tradition, les uns et les autres se taquinant par rapport aux thèmes de l'actualité. Le dernier thème en date, les derniers développements dans l'affaire MedPoint, étant probablement trop sensible pour être commenté.
Les langues habituelles vont quand même commencer à se délier petit à petit. Une ou deux questions supplémentaires du leader de l'opposition à Satish Faugoo suivant sa PNQ sur la réduction du "cess" et la restructuration, en conséquence, des six institutions qu'il finance, a été ponctuées de remarques de Nita Deerpalsing l'invitant à "al jure enn affidavit", allusion faite à la demande formulée par le leader du MMM sur ses allégations contre le PM autour de l'affaire MedPoint.
Si Paul Bérenger a feint de ne rien comprendre de ses piques, il a fini par lâcher "rane Bissessur so mémoire", le Chief Government Valuer, Yodhun Bissessur ayant fait valoir devant l'ICAC qu'il ne se souvenait pas de ceux qui auraient proposé une seconde évaluation de la clinique MedPoint. Lormesh Bundhoo a, lui, profité pour ajouter son grain de sel et demander au leader de l'opposition si "Toorab Bissessur ki to pé kozé?", mais la réplique ne devait pas tarder, le principal visé lui lançant : "Au moins li fine permet démanteler escadron de la mort!"
 

Question de nervosité
Si ces échanges n'ont pas provoqué l'ire du Speaker, tel n'aura pas été le cas pour Cehl Meea, Eric Guimbeau, Abdullah Hossen et le ministre Anil Baichoo. Les deux premiers ont été littéralement empêchés de poser des questions supplémentaires sur la réduction du "cess" au ministre Satish Faugoo tandis qu'Abdulla Hossen s'est vu interdire d'interpellations supplémentaires suite à la question du député du MMM Reza Uteem au PM sur une déposition consignée contre le président du Centre Culturel Islamique.
Quant au ministre des Infrastructures publiques, c'est le fait qu'il marmonnait constamment pendant un échange entre Joe Lesjongard et Navin Ramgoolam sur l'accident qui avait coûté la vie à une collégienne à Vallée des Prêtres. "Dimoune pé mort", a fait remarquer le député de l'opposition pendant qu'Anil Baichoo exprimait sa mauvaise humeur à ce sujet. Kailash Purryag lui a alors dit : "I don't know why the Honourable Minister is getting excited." Il n'en a pas fallu plus pour que le leader de l'opposition en rajoute une couche et dise au ministre, "kifer to pé nerveux koumsa?".
Autre attitude qui n'est pas passée inaperçue, celle de Showkatally Soodhun. Ce dernier, qui assure l'intérim au ministère du Travail et de l'Emploi, a dû ainsi répondre à une question de Lysie Ribot sur les accidents survenus sur les échafaudages aménagés sur les chantiers de construction. Après sa réponse liminaire indiquant qu'il y avait eu quatre accidents fatals sur les 41 enregistrés depuis 2005, il s'est montré très modeste à l'heure des supplémentaires. Il a en effet tout simplement répondu : "I need notice of the question", une manière de dire qu'elles doivent être adressées au titulaire, Shakeel Mohamed.
C'est à la reprise des travaux après le déjeuner et devant des travées désertes de la majorité — ce qui a amené Paul Bérenger à faire remarquer à Pravind Jugnauth : "Zot ine laisse toi tou seul", suscitant un petit sourire en coin du ministre — qu'il a été constaté que cette question de Reza Uteem pour Maya Hanoomanjee, "whether, in regard to the second hand medical equipment acquired from MedPoint Ltd, she will give a list thereof, indicating if they are currently being used, and, if so, where, and, if not, why not?", avait été retirée.
Ton consensuel
Un signe qui ne pouvait qu'être interprété comme voulant dire que le MMM ne veut pas, dans la conjoncture, embarrasser la ministre MSM de la Santé. Il a échu au même député du front-bench de l'opposition d'être le principal intervenant sur l'Economic and Financial Measures (Miscellaneous Provisions) Bill et, exception faite de quelques demandes d'éclaircissements, Reza Uteem a adopté un ton consensuel pour commenter le projet de Pravind Jugnauth.
Et comme si cela ne suffisait pas, Joe Lesjongard, cet ancien du MSM à qui son ancien parti ne pardonnait pas jusqu'ici son changement d'allégeance, a créé la surprise lorsqu'il a entamé son intervention sur le Excise (Amendment) Bill, texte présenté par le ministre des Finances en vue d'imposer une taxe différenciée selon ce qu'un véhicule émet comme monoxyde de carbone.
Le député du No 4 a  dit que l'opposition est contre la pratique de proposer qu'un texte soit débattu en première, deuxième et troisième lecture le même jour, mais a ajouté qu'il "ne tiendra pas rigueur" à Pravind Jugnauth pour une telle démarche, ce projet concernant l'amélioration de la qualité de l'air que la population respire et qu'elle a une incidence quant à la survie de nos enfants et des générations futures.
Lui répondant toujours sur le ton du consensus, le ministre des Finances a fait valoir qu'il est de tradition que les textes portant sur la fiscalité soient ainsi traités, dans l'urgence, afin qu'il n'y ait pas de manoeuvres indésirables. C'est ainsi que les deux textes proposés par Pravind Jugnauth sont passés comme une lettre à la poste.
La séance s'est terminée avec l'évocation par Alan Ganoo des problèmes des cultivateurs de cresson dans la région de Carreau Esnouf, le ministre concerné, Satish Faugoo, annonçant qu'une solution est à l'étude pour les planteurs concernés.
 

Les évaluations de Yodhun Bissessur passées à la loupe
L'affaire MedPoint ou du moins un de ses principaux protagonistes reviendront en force au Question Time, mardi. Eric Guimbeau interrogera pas moins de quatre ministres, Rashid Beebeejaun, Satish Faugoo, Abu Kasenally et Pravind Jugnauth sur les évaluations effectuées par le Chief Government Valuer pour le compte du Central Electricity Board , du Rose Belle Sugar Estate, de la State Land Development Company et la State Investment Corporation depuis 2006, la valeur mise sur les propriétés évaluées et les honoraires qu'il a touchés.
C'est le contrat du Gouverneur de la Banque de Maurice qui sera au centre du Prime Minister's Question Time avec cette question de Rajesh Bhagwan qui réclame de Navin Ramgoolam tous les détails y relatifs, date de nomination, durée du contrat, allocations mensuelles et autres avantages, nombre de missions effectuées et le coût de ses déplacements.
Également pour le PM, les incendies des champs de cannes (Deven Nagalingum), les passeports (Adil Ameer Meea), le projet de Area Control Centre (Reza Uteem), le coût des dernières partielles à Rodrigues et la création d'une antenne de la Brigade des mineurs dans l'île (Francisco François), les effectifs féminins au sein de la force policière (Satish Boolell) et les accidents à la Route des Pamplemousses (Joe Lesjongard).
Des sujets de brûlante actualité pour les autres ministres et qui s'inspirent aussi des commentaires du dernier rapport du directeur de l'Audit. Stéphanie Anquetil veut obtenir du ministre de la Culture l'état de progrès du projet de Artist Welfare Fund, tandis que le député de l'opposition, Jean-Claude Barbier, procède à un véritable tir de barrage sur la MASA avec trois questions portant sur le personnel de cette institution, la possibilité de tenir des partielles de remplacement après la démission de cinq membres du conseil d'administration et le montant des royalties payées ou reçues d'organisations étrangères.
Sa collègue Lysie Ribot s'attaque, elle, à une question qui fait débat en ce moment, l'état d'insalubrité du marché de Rose-Hill et elle demande au ministre Hervé Aimée de rechercher auprès de la mairie concernée ce qui est entrepris en vue de rendre ce lieu plus propre.
Après sa question sur les archives du MGI qui n'a pas encore obtenue réponse, Satish Boolell revient à la charge avec une question pour le ministre de la Culture lui demandant si les archives nationales sont la seule propriété des Archives Nationales.
Adil Ameer Meea ne lâche pas prise sur le front de la gestion des terres, puisqu'il adresse une question à Abu Kasenally sur celles qui ont fait l'objet d'acquisition obligatoire et qui n'ont pas encore été utilisées pour un quelconque développement, les régions concernées, la valeur de ces terrains, la date de leur achat et les noms des vendeurs.
Rajesh Bhagwan s'empare, lui, d'un autre sujet qui occupe l'actualité en ce moment, les casinos. Il demande, à cet effet, à Pravind Jugnauth s'il est envisagé de rechercher un partenaire stratégique pour une association de même que les mesures qui seront prises pour préserver les emplois.
Le rapport de Roshi Bhadain sur la gestion extravagante de la State Trading Corporation sera une nouvelle fois évoqué et toujours par le responsable du dossier au MMM, Reza Uteem, qui s'intéresse cette semaine au volet de l'achat de sucre avec les différentes cargaisons importées ou exportées et les profits ou pertes enregistrés lors de ces transactions.
Joe Lesjongard qui a visiblement passé au peigne fin la rapport du directeur de l'Audit portera dans l'hémicycle deux dossiers au moins, le Fact Finding Committee institué sur les paiements effectués dans le cadre des travaux de tout-à-l'égout réalisés à Baie du Tombeau, et aux travaux de la même nature entrepris à Riche Terre sur le site alloué à Jin Fei.
Deux autres questions de l'opposition qui méritent d'être mentionnées, celle de Steve Obeegadoo sur l'agression d'un pharmacien d'un hôpital public et de Reza Uteem sur le nombre de travailleurs étrangers déportés depuis 2005.
Un gros morceau, par ailleurs, à l'item Projet de loi avec les amendements qui seront apportés par Sheila Bappoo au Protection from Domestic Violence Act qui donnera au judiciaire la possibilité de déterminer de l'occupation de la maison familiale.