On connaissait le « very soon » de Devanand Ritoo. Désormais, le mouvement sportif mauricien doit s’habituer au « shortly » de Stephan Toussaint. En effet, après le « shortly » brandi face à l’absence de nomination d’un Chief Executive Officer (CEO) pour le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), on a eu droit à la même réplique à la question de Franco Quirin, qui voulait savoir du ministre si Georges Chung a été remplacé comme CEO du COJI.
Dans sa réponse, le ministre des Sports a fait ressortir que c’est à la demande de Georges Chung qu’il a accepté sa démission comme CEO de l’instance responsable de l’organisation des 10e JIOI à Maurice. « Action has been initiated for his replacement. A new CEO will be appointed shortly », a fait ressortir le ministre. Lorsque le député mauve est venu avec une question supplémentaire portant sur qui prend les décisions au sein du COJI, Stephan Toussaint a indiqué que cette responsabilité revenait au board.
Une autre question du député mauve relevait du rôle et des responsabilités du secrétaire-général. « La personne qui a la responsabilité comme secrétaire général fait le travail d’un secrétaire : prend des notes pendant les réunions, fait les comptes rendus. Je pense que c’est évident », a répondu le ministre. Il est aussi évident que le ministre de la Jeunesse et des Sports n’a pas très bien compris la question du député MMM. S’il parle de Sada Vudamallay (commissaire général) ou de Sarah Rawat Currimjee (secrétaire général du COJI), on voit mal l’un comme l’autre prendre des notes et faire des comptes rendus du COJI.