ASSEMBLÉE NATIONALE : Soodhun et Gulbul "in the line of fire"

Le député du MMM Rajesh Bhagwan soulèvera cette question à l'item “Special Matter on Adjournment” lors de la prochaine séance des travaux parlementaires
  • Le VPM Soodhun assistant aux délibérations du jour du conseil des ministres, une offensive de l'opposition contre ce membre du Front Bench du gouvernement, auteur de propos séditieux, est à prévoir
  • Lettre ouverte de Rama Valayden à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, lui demandant de « come out strongly against the words of Honourable Soodhun »

La prochaine séance des travaux de l'Assemblée nationale s'annonce sous haute tension, le gouvernement MSM/ML étant acculé. Au cas des propos séditieux attribués au vice-Premier ministre et ministre du Logement, Showkutally Soodhun, par rapport à la politique d'allocation d'unités de la National Housing Development Co Ltd, viendra en effet se greffer les révélations accablantes contre le Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et candidat battu aux dernières élections législatives du 10 décembre 2014 dans la circonscription No 3, Raouf Gulbul, devant la commission d'enquête sur la drogue, présidée par l'ancien juge de la Cour suprême, Paul Lam Shang Leen. Ainsi, le député du MMM Rajesh Bhagwan a signifié son intention d'intervenir à l'ajournement pour exiger la révocation de ce Senior Member at the Bar en tant que Chairperson de la GRA et de la Law Reform Commission au vu des derniers développements devant la commission d'enquête (voir compte rendu en pages 4 et 5). En attendant de voir les partis de l'opposition définir leur stratégie face à la présence du vice-Premier ministre et No 4 du gouvernement au sein de l'hémicycle mardi prochain, Me Rama Valayden a écrit une lettre ouverte à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, demandant à cette dernière de prendre position contre les propos séditieux et intolérables, susceptibles à inciter la haine raciale, tenus par le président du MSM.
En prévision des travaux de l'Assemblée nationale de mardi prochain, la démarche politique de Rajesh Bhagwan est sans équivoque : « Raouf Gulbul doit partir pour ne pas porter préjudice aux institutions, dont la Law Reform Commission », dont il est le Chairperson. Le libellé du “Specific Matter to be raised on Adjournment” au nom du député du MMM, annexé à l'Order Paper de l'Assemblée nationale au conseil des ministres de ce matin, se lit comme suit : « Consideration of the removal of the Chairperson of the Gambling Regulatory Authority and of the Law Reform Commission, pending the conclusion of the works of the commission set up to inquire and report on all aspects of drug trafficking in Mauritius by the President of the Republic, in accordance with section  2 (2) of the Commission of Inquiry Act. »
Avec son intervention à l'ajournement de mardi, le député Bhagwan aura l'occasion de faire le procès du Chairperson de la GRA et conseil légal du Premier ministre et leader du MSM ainsi que des décisions controversées entérinées par cette institution, dont le dernier en date porte sur le projet PMU. Les connexions avec les « grands manitous » du Gambling World, dont Jean-Michel Lee-Shim, seront également à l'ordre du jour. Les commentaires subséquents de Pravind Jugnauth seront suivis avec une attention redoublée en fin de séance.
D'autre part, la pression continue à monter en vue de réclamer le départ de Showkutally Soodhun, au moins du gouvernement. De ce fait, ce matin, l'ancien Attorney General Rama Valayden a écrit une lettre ouverte à la présidente de la République. S'appuyant sur les pouvoirs de la présidente au terme de la section 28 (1) de la Constitution, Rama Valayden attire l'attention d'Ameenah Gurib-Fakim sur le fait que : « You are not merely a symbol but you can act. Coming out and speak against the words uttered will be a very strong signal. » Poursuivant, Rama Valayden fait ressortir : « If you decide – Deo Volone – to come out strongly against the words of Honourable Soodhun, will be grateful to you. And the 50 th anniversary of our independence will take a new dimension. Be like Thémis. On the other hand, you can keep silent and be a Brutus to the presidential oath. »
En parallèle, le CCID a enregistré hier trois plaintes contre Showkutally Soodhun à la suite des propos communaux qu'il aurait tenu lors d'une réunion avec un groupe d'habitant de la route Bassin, Quatre-Bornes, en juillet dernier. Des enquêteurs de la police ont débarqué hier au siège du ministère du Logement pour les besoins de cette affaire, portant sur ce cas relevant du délit d'incitation à la haine raciale. Cette enquête a pour point de départ une clé USB contenant une vidéo de la réunion du 17 juillet 2017 avec les propos incriminés. Les enquêteurs du CCID comptent interroger tous ceux qui étaient présents lors de cette réunion, dont le managing director de la NHDC, Gilles L'Enteté. 
Par ailleurs, accompagné de Me Anoup Goodary, le président du parti Taxi Militant Morisyen, Desiré Johnson, a consigné une déposition contre Soodhun. « Mo kont seki Soodhun inn dir parski a traver sa, kapav ena enn lager ant kominote. Nou oule enn larmoni e non pa diskrimination dan pei. Nou enn pei multirasial. Si mo finn dessan, se pa akoz mo enn kandida pou eleksyon, mo pe lager pou la liberte ek la pai. ». 
Même son de cloche du côté de Priscilla Ecroignard, de la Nouvelle Force Feminine de Terrasson, qui s'interroge sur les critères basés par le ministère du Logement et des Terres pour donner 90% de maisons de la route Bassin à une communauté en particulier. Le troisième plaignant, Johnny Lamecque, habitant Roche-Bois, explique que sa démarche a pour but « d'éviter une bagarre raciale », ajoutant : « Premye minis bizin pran bann aksion neseser. » Il était assisté de Me Akil Bissessur.

 
 
Le Cardinal Piat : « Ce brusque coup de frein émane d'un VPM»
 
En fin de matinée, le diosèse de Port-Louis a émis un communiqué officiel pour commenter les propos relevant de la sédition attribués au vice-Premier ministre et ministre du Logement, Showkutally Soodhun. Le cardinal Maurice Piat regrette que "ces déclarations, je crois sincèrement que ses propos, pris objectivement, mettent à mal tout le travail et l’engagement de générations d’hommes et de femmes qui ont eu à cœur de construire une société authentiquement mauricienne dans l’Île Maurice indépendante"
« Sans préjuger des intentions de M. Soodhun ou des circonstances dans lesquelles il a fait ces déclarations, je crois sincèrement que ses propos, pris objectivement, mettent à mal tout le travail et l’engagement de générations d’hommes et de femmes qui ont eu à cœur de construire une société authentiquement mauricienne dans l’Île Maurice indépendante.
"À la veille du 50e anniversaire de notre indépendance, ces propos résonnent comme un frein au mauricianisme, d’autant plus que ce brusque coup de frein émane d’un Vice-Premier ministre.
"Au nom de l’amour que nous avons tous pour notre pays, nous avons le droit de nous indigner de tels propos, de façon responsable. Mais nous avons aussi le devoir de travailler inlassablement pour une paix fondée sur des relations de confiance entre les différentes composantes de notre société. »

 
 

 
Mgr Ian Ernest, Évêque de Maurice : "Non à l'exclusion"
« Nous condamnons tout propos qui porte à l’exclusion des uns et des autres dans le wagon du développement mauricien. Nous sommes tous nés à Maurice et nous avons tous droit comme citoyens aux privilèges de la République de Maurice. Nous prions pour que nous retrouvions la sérénité nécessaire pour continuer à combattre les forces qui empêchent l’harmonie de notre arc-en-ciel, dont nous sommes fiers ».