Le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance Roshi Badhain a nié catégoriquement qu’il existerait un froid entre Pravind Jugnauth et lui. Interrogé hier à ce sujet par la presse à l’issue de l’assemblée générale de l’association des assureurs mauriciens, Roshi Badhain a affirmé avoir donné une réponse à ce sujet sur sa page Facebook, dans laquelle il déclare que « nothing could be futher from the truth ». Il a fait comprendre à la presse que Pravind Jugnauth fait partie de ses meilleurs amis. S’agissant de la déclaration du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui a affirmé mercredi qu’il encourage les ministres qui travaillent, et recommande même leur décoration, Roshi Badhain s’est dit « très flatté » que le Premier ministre ait eu des mots très plaisants à son égard, l’encourageant ainsi à travailler davantage. Il n’a pas souhaité toutefois commenter la remarque de sir Anerood Jugnauth envers lui.
Invité à dire la raison pour laquelle il avait affirmé que la démission de Raj Dayal, à l’issue des allégations faites contre lui, est « toute à son honneur » et n’a rien dit en ce qui concerne Vishnu Lutchmeenaraidoo, il a estimé qu’il revient à ce dernier de décider de la voie à suivre et a répété sa déclaration concernant Raj Dayal. Roshi Badhain a demandé aux assureurs de soumettre leurs propositions concernant le Budget et sur les incitations fiscales qu’ils souhaiteraient avoir.
Quant à la baisse du taux de croissance observée par le bureau central des statistiques dans son dernier rapport, le ministre des Services financiers s’est dit certain qu’avec les différents projets d’infrastructures qui ont été annoncés, notamment dans le port ainsi que l’Heritage City, « la croissance connaîtra une relance ». Il reconnaît toutefois que la chute de la BAI a eu des effets sur les affaires car « nous étions occupés à éteindre le feu ». Il a aussi dit sa « fierté » qu’après que la Banque centrale a ordonné la fermeture de la Bramer Bank, il a « tout fait » pour aider les petits épargnants et les pensionnaires, au nombre de 140 000, qui avaient placé leur argent à la BAI. Il a annoncé que le gouvernement respectera ses engagements vis-à-vis de ceux qui avaient investi dans le SCBG. Il a aussi annoncé qu’un nouveau code d’éthique sur le code de gouvernance sera publié le 10 avril.
Dans son discours prononcé devant l’assemblée générale, le ministre s’est montré très critique vis-à-vis des cabinets d’audit. Il a reconnu que, « dans un petit pays comme Maurice, tout le monde connaît tout le monde ». Toutefois, il a estimé que « dans l’éventualité où un auditeur ne peut assumer de responsabilité lorsqu’il voit un problème dans les comptes, il devrait soumettre sa démission ». Le ministre a estimé qu’avec l’expérience acquise en traitant l’affaire BAI, il est désormais difficile qu’une affaire de cette envergure se reproduise à nouveau à Maurice. Il a annoncé que le Budget 2016-17 comprendrait « un ensemble de règles » qui seront incluses dans les attributions du Financial Reporting Council, dont le directeur sera nommé prochainement par le Premier ministre.
Il a annoncé plusieurs projets dans le domaine des services financiers, dont le lancement d’un marché de commodités dans lequel, a-t-il observé, « on pourrait même investir dans l’or ». Prakash Mishra, de l’Island Life Assurance, qui a été reconduit à la présidence de l’association des assureurs.