Dans une interview accordée à Week-End en septembre dernier, le responsable de la Commission technique, Joël Sévère, avait fait part de sa déception quant à la performance réalisée aux Jeux des Iles de l’océan Indien, à La Réunion, où l’athlétisme local n’avait pu que décrocher 9 médailles d’or, alors que l’objectif annoncé était de 12. L’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA), par la voix de son président, Vivian Gungaram, a abondé dans le même sens à l’heure des bilans. Les objectifs n’ont pas été atteints, a-t-il ajouté, tout en précisant qu’il assumait l’entière responsabilité de cet échec. Selon lui, l’AMA va réagir, d’où l’annonce d’une série de mesures visant à remettre la discipline sur de bons rails comme ce fut le cas par le passé.
Ce n’est un secret pour personne que l’athlétisme local peine à trouver ses marques depuis quelques années. Et cela s’est confirmé encore plus, en août dernier, lorsque les Mauriciens ont été incapables de décrocher plus de 9 médailles d’or aux JIOI. Vivian Gungaram ne veut pas se voiler la face à ce constat d’échec.  » Les objectifs n’ont pas été atteints. C’est un échec pour tout le monde, à commencer pour moi. J’en prends l’entière responsabilité. La fédération a failli dans sa tâche « , a-t-il déclaré. Il n’empêche, a-t-il ajouté, qu’il y a quand même des performances louables qui ont été réalisées au cours de cette année qu’il faut prendre en considération.
Pour le président de l’AMA, il y a beaucoup de leçons à tirer des JIOI réunionnais.  » La politique de la fédération de faire le plein n’a pas marché surtout dans les épreuves de piste. Ce qui devrait aussi nous faire réfléchir, c’est que nos athlètes étaient épuisés vers la fin des compétitions « , a-t-il précisé. Vivian Gungaram a ajouté que certaines médailles d’or perdues, à l’image de celle du 1500m messieurs, demeurent tout simplement inacceptable quand on voit la qualité des coureurs mauriciens.  » Les entraîneurs sont conscients de cela. Si nous avions fait un travail d’équipe, nous aurions pu gagner cette médaille. Je ne vais pas blâmer qui que ce soit, mais il y a des leçons à en tirer « . Il a également cité l’exemple du 4x400m messieurs où Maurice a été battue par les Seychelles, alors que les Mauriciens étaient individuellement supérieurs aux dallons.  
Ce qui fait dire à Vivian Gungaram que  » certains athlètes et entraîneurs n’avaient pas une idée claire sur leurs adversaires.  » C’est la raison pour laquelle, a-t-il indiqué, qu’il est désormais très important d’identifier un « soldat » par épreuve avec pour objectif de ramener la médaille d’or lors des JIOI de 2019. C’est d’ailleurs une des mesures identifiées par les membres de la commission technique et ceux de la fédération à l’issue des réunions – quatre au total – tenues après l’échec aux Jeux des Iles. « Il était très important de réagir et nous l’avons fait en établissant une série de mesures qui, nous sommes convaincus, va nous aider en vue des échéances futures « , a indiqué Vivian Gungaram.
Un plan de quatre ans a d’ailleurs été établi menant aux prochains JIOI et ensuite aux Jeux olympiques de 2020 au Japon. Une liste de 103 présélectionnés a même été dressée en vue de ces Jeux et la fédération a déjà programmé des objectifs à longs et moyens termes. Parmi les décisions prises, l’AMA prévoit trois regroupements sur l’année pour les présélectionnés, soit un en janvier, un autre en avril et le dernier en décembre prochain. Des regroupements pour entraîneurs sont aussi prévus chaque deux mois et ce, par groupe de spécialité. Selon Vivian Gungaram, ce partage d’idées  demeure un point très important dans la progression des athlètes. Sans oublier que les athlètes iront se perfectionner lors des stages-compétitions en Afrique du Sud et en France entre autres.
Pour consolider les assises, Vivian Gungaram a indiqué que l’AMA maintiendra sa politique de formation que ce soit au niveau des athlètes,des encadreurs et des officiels techniques. Même au niveau du First Aid, un plan de travail a été lancé et des séances de formations se tiennent régulièrement les samedis. Il a ajouté qu’avec le soutien du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), trois Poles jeunes sont en activité soit dans le nord, dans l’est et dans le sud.
Le président de l’AMA a tenu à remercier tous ceux qui ont aidé l’AMA au cours de la saison écoulée, notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports, les différents sponsors, le comité olympique mauricien, le Club Maurice, le TFES et le Mauritius Sports Council entre autres. Vivian Gungaram n’a pas manqué de remercier ces centaines de bénévoles présents à chaque compétition, mais aussi les responsables du centre international (CIAM).  » Avec le CIAM, nous avons la possibilité de former des athlètes de haut niveau à Maurice. Je remercie donc toute la grande famille mauricienne de l’athlétisme , car c’est ensemble que notre plan quadriennal sera une réussite », a-t-il conclu.