2016 ne pouvait mieux commencer pour le spécialiste mauricien du triple saut, Jonathan Drack. Avec une performance de 16m44 réalisée le 9 janvier dernier à Clermont Ferrand (France), le Mauricien a occupé, pendant 14 jours, la première place au classement 2016 du triple saut en salle de l’IAAF (International Association of Athlectics Federation). Il a été délogé le 22 janvier dernier par l’Américain Matthew O’Neil qui a réalisé un 16m66 à Boston aux Etats-Unis. A hier, Jonathan Drack était quatrième derrière le Portuguais Nelson Evora (16m51) et le Géorgien Lasha Torgvaidze (16m62). Au niveau du classement mondial, le Mauricien est 17ème avec un total de 1197 points dans un classement dominé par l’Américain Christian Taylor (1456 pts) devant le Cubain Pedro Pablo Pichardo (1443 pts) et l’autre Américain Omar Craddock (1332 pts).
L’unique athlète mauricien à avoir occupé une position semblable, avant le 9 janvier dernier, au classement de l’IAAF, n’est autre que le sprinteur Stephan Buckland qui avait, au 1er juillet 2004,  occupé la première place mondiale du 200m . Jonathan Drack a emboîté le pas de son illustre aîné en occupant lui la tête au classement du triple saut pendant 14 jours cette année.  » C’est une fierté et je suis très content d’avoir occupé la première place. Etre premier dans ce classement n’est pas une finalité. Mon objectif est de sauter au-delà des 17m et j’espère le faire bientôt « , a-t-il déclaré à Week-End au téléphone, jeudi matin de Toulouse en France, où il vit et travaille comme ingénieur dans le domaine de l’aéronautique.
Compétition en Allemagne
Modeste qu’il est, Jonathan Drack a déclaré que cela le réjouit de pouvoir figurer en haut de l’échelle mondiale dans un classement qui va évoluer très vite au fil des jours et des semaines.  » L’objectif est de rester concentrer et de poursuivre le travail avec le même sérieux et la même détermination « , a-t-il fait remarquer. Il a d’ailleurs ajouté que sa saison a démarré depuis début octobre 2015 et ce, avec un objectif très précis qui est de sauter au-delà des 17m avant d’aller aux Jeux olympiques d’août prochain, à Rio au Brésil.  » Comme je l’ai déjà expliqué, il est très important que je saute au-delà des 17m, voir 17m10 ou plus avant d’aller aux JO. Cela me permettra ainsi de mieux préparer mon concours et de viser une grosse performance au Brésil. Je m’attèle d’ailleurs à cette tâche depuis octobre dernier et ce, avec le soutien de mon entraîneur et de mon club du CA Balma. La préparation se déroule très bien et je m’en réjouit « , a-t-il avancé.
 Jonathan Drack a expliqué que le week-end prochain, il participera à une compétition en Allemagne où il espère bien faire et pourquoi pas, aller chercher la performance tant désirée. Il participera ensuite, dans un mois, au meeting de Metz avant de prendre part aux Championnats de France Elite à Aubière à Clermont Ferrand. Après quoi, il mettra le cap sur Portland aux Etats-Unis, pour participer du 17 au 20 mars prochain, aux Championnats du monde en salle où seront regroupés tous les qualifiés olympiques.  » L’idée est de m’améliorer et de gagner le plus de points possibles, afin de pouvoir participer aux grands championnats. Ce qui m’aidera énormément à atteindre l’objectif fixé »
Un meilleur soutien
Le Mauricien s’est dit même convaincu de pouvoir bien faire cette année d’autant, a-t-il précisé, qu’il bénéficie d’un meilleur soutien de l’Association mauricienne d’Athlétisme et également du Trust Fund for Excellence in Sports (TFES).  » Je remercie le président de la fédération, Vivian Gungaram, et tous les membres, sans oublier Michael Glover et le trust fund pour leur soutien. J’ai reçu une bourse olympique et cela va me faciliter la tâche en vue de ma préparation. Je remercie aussi ma famille à Maurice qui ne manque jamais de m’encourager et aussi ma femme et ma fille « , a-t-il souligné. Grâce à ce soutien, des démarches ont été aussi entreprises auprès de son employeur  pour qu’il puisse bénéficier de plus de flexibilité au niveau de son travail, afin de se consacrer davantage à sa préparation.  » Désormais, j’ai plus de temps pour me préparer et cela m’arrange énormément. Je dis un grand merci à mon employeur qui, en ce faisant, me permet de viser plus loin et plus haut « , a-t-il indiqué.
 Par ailleurs, Jonathan Drack s’est dit très heureux de faire partie de la liste des nominés pour le titre de Sportsman of the Year qui a été décerné hier au J&J Auditorium à Phoenix.  » C’est la toute première fois que je suis nominé et bien évidemment, cela me fait énormément plaisir. Car tout le monde n’a pas cette même chance. Je pense que c’est une reconnaissance du travail effectué pendant plusieurs années et je remercie tous ceux qui croient en moi « , a-t-il conclu.