Le Meeting international de Maurice se tiendra aujourd’hui au stade Maryse Justin, à Réduit, simultanément avec les Championnats d’Afrique des épreuves combinées, qui ont débuté hier. Même si le meeting n’accueillera pas de grosses vedettes comme l’a expliqué, la semaine dernière, le président de l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA), Vivian Gungaram, en revanche, il sera tout aussi intéressant à suivre. Car ceux qui n’ont pas encore validé leurs tickets pour les Jeux olympiques de Rio au Brésil (du 5 au 21 août prochain) tenteront d’accrocher les minima, dès cet après-midi. A commencer par le sprinteur mauricien Jonathan Permal qui sera en action sur 200m à 17h, soit la dernière épreuve au programme de cette journée internationale. Quant au spécialiste du triple saut, Jonathan Drack, qui a lui déjà obtenu sa qualification pour Rio, il lancera cette journée à partir de 15h pour la plus grande joie des Mauriciens qui pourront enfin le voir en action sur ses terres.
Ce meeting international sera d’une importance capitale pour nombre d’athlètes et pour Jonathan Permal dont ce sera la toute première sortie 2016. Une première sortie préparée minutieusement au Centre international d’Athlétisme de Maurice (CIAM) de la International Association of Athletics Federation (IAAF) au sein duquel il évolue depuis maintenant trois ans. Cela après un passage de trois saisons au centre de haut niveau de Kingston en Jamaïque où il a eu l’occasion de s’entraîner avec les Usain Bolt et autres Yohan Blake. Il a d’ailleurs concédé que ce passage lui a permis de franchir un pallier avant de retourner à Maurice.
Jonathan Permal évolue depuis, sous la férule de l’ancien champion Stephan Buckland, détenteur d’ailleurs du record national au 200m avec un chrono de 20:06.  » J’ai beaucoup appris aux côtés de Stephan. C’est un exemple à suivre. Ses conseils me sont très précieux et si j’arrive aujourd’hui à courir régulièrement sous les 21 secondes, c’est bien grâce à lui. Stephan m’a beaucoup aidé, que ce soit sur mon départ et comment attaquer les virages. Nous sommes sur la bonne voie et c’est la raison pour laquelle je suis confiant de pouvoir réaliser une bonne course dimanche (Ndlr : cet après-midi) », a-t-il déclaré à Week-End.
Permal actuellement à 20:85
Selon lui, les minima de 20:50 sur 200m seront durs à approcher, mais pas impossible, lui qui possède une performance de 20:85 réalisée en 2014 lors des Championnats d’Afrique au Maroc.  » J’y crois fortement. C’est du reste les difficultés de la vie qui nous aide à avancer. J’ai réalisé quelques bons chronos à l’entraînement et j’estime être dans les temps. Il y a des étapes qu’il ne faut surtout pas brûler. Je dirai donc que tout reste possible « , a-t-il fait remarquer. Le Mauricien dit d’ailleurs s’attendre à une belle course qui pourrait même aller très vite avec la présence du Botswanais Baboloki Thebe dont le meilleur chrono est de 20:56.  » Je m’attends à réaliser une belle course d’autant que les conditions à Réduit sont idéales, contrairement à Bambous « , a-t-il souligné.  
Hormis Jonathan Permal, les locaux auront la chance de voir un autre Jonathan, nommément Drack, spécialiste du triple saut, qui vit et travaille à Toulouse en France. Il est arrivé vendredi et déclarait récemment sa grande joie de retrouver sa famille et ses amis, sans oublier les entraîneurs et membre de la fédération qu’il a cotôyés avant d’aller en France. Détenteur du record national avec une performance de 16m96, réalisée l’année dernière, lors des Championnats de France, Jonathan Drack avait ainsi validé son billet pour les Jeux olympiques de Rio. Son objectif est maintenant de sauter au-delà des 17m, chose qu’il était parvenu à faire (17m05) lors des Jeux des Iles de l’année dernière au stade olympique de St Paul à La Réunion, mais pas homologué en raison d’un vent trop favorable.
Cette année, Jonathan Drack a démarré fort en occupant, pendant 14 jours, la première place au classement 2016 du triple saut en salle de l’IAAF avec un saut de 16m44 réalisé le 9 janvier à Clermont Ferrand (France). Le Mauricien avait ensuite pris la deuxième place au meeting de Karlsruhe en Allemagne avec un saut de 16m67, soit sa meilleure performance personnelle en salle après les 16m22 de 2015. En revanche, il a été moins flamboyant lors d’une compétition disputée à Glasgow en Ecosse avec un saut de 16m15. Il avait, à cette occasion, mordu la ligne à quatre reprises.
Lors des derniers Championnats du monde en salle, à Portland aux Etats-Unis, Jonathan Drack n’avait pas été en mesure d’atteindre la finale, réalisant un saut de 16m04 pour prendre la 13ème place sur les 16 concurrents en lice. Aujourd’hui, Jonathan Drack aura pour adversaire le Namibien Roger Nikanor Haitengi (17m28), le Kenyan Elijah Kiplagat Kimitei (16m63), le Sud-Africain Renetlwe Ntshimane Aphane et le jeune Mauricien (catégorie junior) Terry Berger.  Espérons qu’il saura se ressaisir, afin d’atteindre les 17m tant souhaités et ce, afin de préparer, comme il l’avait indiqué, les Jeux olympiques dans les meilleures conditions.