ATHLÉTISME – NOMINATION INTERNATIONALE: Vivian Gungaram siège à l'IAAF

Il sera le représentant de la Confédération africaine au sein du comité exécutif

Le président de l'Association mauricienne d'Athlétisme (AMA), Vivian Gungaram, a été nommé représentant de l'Afrique au sein de l'International Association of Athletics Federation (IAAF) lors de la semaine écoulée. Sa nomination a d'abord été ratifiée par la Confédération africaine d'Athlétisme (CAA) le week-end dernier, à l'issue de son congrès tenu au Maroc. Vivian Gungaram a indiqué que c'était un honneur pour lui de faire partie de l'instance suprême de l'athlétisme mondiale, mais précise que cela n'a jamais été son objectif ou encore son ambition de siéger à IAAF. A noter que jusque là, Vivian Gungaram était consultant en formation des officiels techniques pour l'Afrique et conférencier. Il était aussi responsable de l'organisation des compétitions en Afrique.
Vivian Gungaram sera donc le premier Mauricien à faire partie de l'exécutif de l'IAAF et pour lui, ce sera un gros défi. « Je précise d'abord que cela n'a jamais été un objectif de siéger à l'IAAF et je n'ai jamais voulu y faire partie à n'importe quel prix. Ma mission, la véritable au cours de ces nombreuses années, aura été de développer l'athlétisme. Cette nomination est venue automatiquement à travers le travail que j'ai accompli. Je compte maintenant faire de mon mieux pour être à la hauteur de la confiance qui a été placée en moi », a-t-il déclaré. Vivian Gungaram a ajouté que cette nomination est une très bonne chose pour l'athlétisme africaine et mauricienne.
Le président de l'AMA est aussi d'avis que sa nomination intervient à un moment où l'athlétisme est au cœur de gros changements. « La fédération internationale a entrepris de gros changements et a donné plus d'autonomie à ses différentes confédérations. Désormais, chaque confédération a un directeur de développement, alors que par le passé, il n'y en avait qu'un au sein de l'IAAF en la personne d'Elio Locatelli. Au niveau de la CAA, c'est le Marocain Aziz Dauda qui est responsable du développement. Ensemble, nous sommes entrain de travailler pour un meilleur développement de la discipline sur le continent », a-t-il souligné.
Vivian Gungaram a aussi expliqué les circonstances qui l'ont amené à être représentant de l'Afrique sur le comité exécutif de l'IAAF. Il a précisé, que lors de l'assemblée générale élective de la fédération internationale en 2015, l'actuel président de la CAA et aussi représentant du continent à l'IAAF, nommément Kalkaba Malboum, avait été élu comme vice-président. Pour le remplacer à ce poste et selon la constitution même de la CAA, c'est le premier vice-président qui devait être nommé à la fédération internationale, soit Vivian Gungaram.
Ce dernier n'a toutefois pas accepté cette nomination surtout à un moment où le Kenya avait perdu son siège à l'IAAF lorsqu'Isaac Kiplagat n'avait pas été élu à l'issue des élections de 2015. Cette non-représentation d'une grande nation de l'athlétisme mondiale avait d'ailleurs fait grand bruit. « J'ai volontairement cédé ma place au secrétaire-général de la fédération kenyane, David Okeyo, alors deuxième vice-président de la CAA, pour siéger comme représentant au sein de l'IAAF. Surpris par beaucoup de ma décision, j'étais convaincu qu'il n'y avait rien de comparable entre le Kenya et Maurice. J'ai donc estimé que ce pays méritait ce siège », a-t-il fait remarquer.
Quelques mois plus tard toutefois, éclatait le scandale de dopage et la suspension du Kenya par l'IAAF et de David Okeyo. « C'était en novembre 2015 et depuis, l'Afrique n'était pas représentée au sein de la fédération internationale jusqu'à ma nomination. C'est donc un gros défi qui s'offre à moi et je ferai de mon mieux pour honorer cette responsabilité », a conclu Vivian Gungaram.


NEWS
STAGE DE HAUT NIVEAU: Rosun en Italie ce soir

La lanceuse (javelot) Jessika Rosun met le cap ce soir sur l'Italie pour rejoindre le centre olympique de Formia. Elle sera en stage jusqu'à la fin de décembre prochain et participera très probablement à quelques compétitions. Selon Vivian Gungaram, ce départ a été rendu possible grâce à Elio Locatelli, directeur technique de l'équipe italienne d'athlétisme. Ce dernier, qui a été directeur de développement à l'IAAF pendant de nombreuses années, est celui qui a énormément contribué à l'ouverture du centre international d'athlétisme à Maurice en mars 2000.
 
FORMATION D'ENTRAÎNEURS: Niveau 1 en novembre à Rodrigues
 L'Association mauricienne d'Athlétisme organisera, communément avec le comité régional de Rodrigues, un stage de formation pour aspirants entraîneurs, soit le CECS Level 1 de l'International Association of Athletics Association (IAAF), du 5 au 16 novembre prochain. Cette grande première réunira une vingtaine d'entraîneurs lors de cette formation qui se déroulera au stade Camp du Roi, à Port-Mathurin. Selon nos sources de Vivian Gungaram, ce CECS Level 1 sera dirigé par Daniel André et Frankie Lebon.
 
JIOI 2019: Officiels et entraîneurs en formation
L'AMA organisera, le week-end prochain, une formation à l'intention des officiels et des entraîneurs et ce, dans le cadre des Jeux des Iles de l'océan Indien qui se dérouleront en 2019 à Maurice. Les chefs juge et juge-arbitres auront une journée et demie de travail, samedi et dimanche prochain, au stade Anjalay Coopen, à Belle Vue, sous la direction de Vivian Gungaram et de Khemraz Naiko. Les entraîneurs seront eux, réunis pendant la journée de samedi au stade Maryse Justin, à Réduit. Le responsable de la commission technique nationale, Joël Sévère, sera en charge des lançées, Frankie Lebon, des demi-fondeurs et Giovani Lindor aura lui sous sa charge les responsables de sauts horizontaux.
 
RENOUVELLEMENT DES ITO: Les trois Mauriciens dans l'attente

Les trois Mauriciens, nommément Khemraz Naiko, Mohunlall Hurnam et Robert Constant, ont tous réussi à leurs examens en vue de décrocher une licence d'International Technical Officers (ITO) pour les quatre prochaines années (2017/2021). Ces derniers avaient, au début du mois, participé à une formation d'une semaine au Kenya, sous la supervision de Vivian Gungaram. Les trois Mauriciens auront toutefois à patienter avant de savoir s'ils seront parmi les 18 ITO qui seront retenus pour officier lors des compétitions continentales pour les quatre prochaines années. En effet, ce n'est qu'après la compilation des résultats des candidats francophones – dont la formation avait été organisée à Dakar au Sénégal – et ceux des anglophones, que les 18 meilleurs seront choisis.