Le marathonien Jean-Luc Vilbrim a été temporairement suspendu à l’issue de la réunion d’urgence convoquée par l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) jeudi à Réduit. Il sera bientôt convoqué devant un comité disciplinaire pour s’expliquer. La fédération lui reproche (i) une mauvaise conduite, (ii) ne pas avoir respecter les instructions de la fédération et (iii) d’avoir outre-passer les règlements de la fédération internationale et de l’AMA. Par conséquent, Jean-Luc Vilbrim ne fait plus partie de la présélection en vue des Jeux des Iles de l’océan Indien de l’année prochaine, à La Réunion, et l’AMA a recommandé à la High Level Sports Unit que son nom soit retiré de la liste des bénéficiaires.
Qu’est-ce qui a bien pu motiver Jean-Luc Vilbrim à outre-passer les règlements de l’AMA ? Car nul n’arrive à comprendre sa décision de représenter les Réunionnais de l’association Run Oxygen 974 lors du relais marathon de Saint Benoît mardi, alors que la fédération lui avait formellement interdit tout déplacement en ce sens. Si dans un premier temps, il avait été retenu au sein de l’équipe de Quatre Bornes pour effectuer ce déplacement, en revanche, il devait ensuite renoncer à cette sélection.
Ayant entre-temps eu vent de l’invitation du président du Run Oxygen 974, Christophe Bercon, à l’intention de Jean-Luc Vilbrim et de Paramasiven Samynaden, champion national de cross – ce dernier a participé car il n’avait aucun engagement -, Henri Théodore, membre de l’AMA et également trésorier du comité régional de Quatre Bornes, a alors fait état de la situation au président Vivian Gungaram . « Vivian (Gungaram) n’était pas au courant de ce qui s’était passé et m’a expliqué que c’était contraire aux règlements », a fait remarquer Henri Théodore.
Devant l’urgence de la situation, l’AMA a pris la décision de convoquer le coureur, aussi bien que son entraîneur Mike Félicité, le 7 novembre. « Même Mike a déclaré qu’il n’était pas au courant de la situation. Nous avons fait comprendre au coureur que s’il avait décidé de ne pas représenter sa ville, il n’aura pas le droit de défendre les couleurs d’une équipe réunionnaise à ce marathon. On lui a bien expliqué qu’il n’avait pas l’autorisation de la fédération pour participer à cette course et on lui a même remis une lettre en ce sens », a expliqué Henri Théodore.
Ce dernier a ajouté que la fédération avait même signé une décharge pour que le marathonien puisse se libérer de son travail dans la mesure où il n’était pas au courant de l’invitation réunionnaise. Après avoir pris connaissance de la situation, Vivian Gungaram a alors demandé à son employeur de tout annuler. « A notre grand étonnement, nous avons appris que Jean-Luc Vilbrim avait pris trois jours de congé », a-t-il fait ressortir. Pensant que Jean-Luc Vilbrim n’allait pas franchir ce pas, les membres de l’AMA ont appris, avec stupéfaction par les membres de l’équipe nationale féminine présente à ce relais marathon, que Jean-Luc Vilbrim était bien présent à Saint Benoît, mardi !
Selon Henri Théodore, la Ligue réunionnaise d’Athlétisme avait aussi été informée du problème bien avant la course de mardi et que cette dernière a même averti le comité organisateur. « Malgré tout, Jean-Luc Vilbrim a pu participer à la course. Au niveau de la fédération, nous considérons cela comme un « gross misconduct ». Le management de la fédération s’est réuni aujourd’hui (Ndlr: jeudi) et a pris la décision de suspendre Jean-Luc Vilbrim. Il aura maintenant à s’expliquer devant un comité disciplinaire », a-t-il déclaré.
Elu meilleur athlète de Quatre Bornes…
Henri Théodore dit arriver difficilement à comprendre l’attitude de Jean-Luc Vilbrim, un marathonien qui avait pourtant approché le comité régional de Quatre Bornes cette année pour défendre les couleurs de la ville. « Il habite Quatre Bornes, mais est licencié à Vacoas. Sur une question de principe nous avons proposé d’attendre l’année prochaine. » Malgré cela, son nom avait été soumis par le comité régional à la municipalité de Quatre Bornes pour l’élection du sportif de l’année. Jean-Luc Vilbrim a même décroché ce titre avec en prime, un cash prize.
Pour ce qui est de la sélection au relais marathon de Saint Benoît, Henri Théodore a expliqué que cette année, il n’y a pas eu de trial et que le comité régional a pris en considération les autres compétitions tenues au cours de l’année, dont les Jeux des villes où Jean-Luc Vilbrim avait représenté Quatre Bornes, comme le veut les règlements. « A la lecture de la situation, il semblerait que Jean-Luc Vilbrim a voulu tenter sa chance à Quatre Bornes après avoir appris que seuls les athlètes de Vacoas/Phoenix participeront au relais marathon de Sainte Suzanne, en décembre à La Réunion », a fait remarquer Henri Théodore.
Face au désir de Vilbrim de défendre les couleurs de Quatre Bornes, Henri Théodore a souligné que le comité régional l’avait inclus dans sa sélection pour le relais marathon de Saint Benoît, tout en lui demandant de signer un accord qu’il défendra les couleurs de la ville en 2015. « Malgré toute la détermination affichée au départ, Jean-Luc Vilbrim a ensuite fait savoir qu’il n’allait pas faire partie de la sélection ! », a expliqué Henri Théodore.