Le chanteur indien de renommée internationale Jagjit Singh est décédé hier matin, à 70 ans, après trois semaines dans le coma. L’interprète de Honton se choulo to mera geet amar kardo avait été victime d’une attaque cérébrale le 23 septembre dernier. Deux mois plus tôt, il avait donné un concert mémorable au Centre Swami Vivekananda, Pailles, pour marquer ses 50 ans de carrière.
Les fans de Jagjit Singh pleurent ce grand monsieur de la musique indienne. Pendant 50 ans il leur a offert des chansons mémorables telles que Aahista Aahista ou Jhuki Jhuki Si Nazar, entre autres. Il disait toujours : « Mes chansons sont éternelles. » Cette réputation a fait de Jagjit Singh le roi du ghazal.
Habitué de Maurice, il a donné plusieurs concerts dans l’île et y compte de nombreux fans et amis. Rama Poonoosamy, de l’agence Immedia, est l’un d’eux. Il a organisé récemment le Golden Jubilee Concert pour marquer les 50 ans de l’artiste, âgé de 70 ans, après deux autres concerts en 1995 et 2007. « Quand je l’ai rencontré à Mumbai au début de l’année, il me disait qu’il voulait avoir 70 concerts l’année de ses 70 ans. Celui de Maurice était son 35e. »
Le sort en a voulu autrement. Après Maurice, Jagjit Singh a donné une dizaine de concerts en Inde et a même enregistré avec la célèbre chanteuse Mahalakshmi Iyer, en septembre dernier. Mais trois jours plus tard, il a été victime d’une attaque cérébrale, nécessitant une intervention délicate. Depuis, il était dans le coma au Lilavati Hospital à Bangra, Mumbai.
Du grand maestro, Rama Poonoosamy garde le souvenir d’un homme à la voix d’or qui chantait « de coeur à coeur pour chaque personne dans la salle. » Notre interlocuteur qualifie la mort de Jagjit Singh de grande perte pour la musique indienne et présente ses sympathies à la famille du défunt.
Un livre de condoléances est ouvert à l’agence Immedia, rue St-Georges, Port-Louis. Rama Poonoosamy invite les fans de Jagjit Singh à venir y écrire un mot. Le livre sera envoyé à la famille du chanteur décédé.