AU CAPITOLE, EN CHAMPAGNE (FRANCE) : Quatre jeunes talents mauriciens ont brillé

Les profs de danse et chorégraphes Eva Caillé et Cécile Gonzalez du Studio Centre de Danse de Beau-Plan ont de quoi être fières de leurs élèves. Et pour cause, quatre d'entre eux ont brillé lors du concours de la confédération nationale de danse qui s'est tenue du 25 au 27 mai au Capitole en Champagne (France). Les jeunes danseuses sont revenues avec des brassées de médailles d'or et d'argent. Face à une vraie concurrence avec plus de 3000 meilleurs élèves issus de diverses régions de France, d'Italie, d'Espagne, d'Israël et des Dom-Tom, la prestation de ces jeunes filles âgées de 10 à 13 ans, et leur technicité, ont impressionné le jury composé de danseurs et de chorégraphes internationaux.
Lorsqu'on rencontre ces jeunes filles en collant et justaucorps un après-midi au Studio Centre de danse du Beau-Plan Creative Park (à l'Aventure du Sucre) avant que les cours ne commencent, elles affichent toutes un grand sourire. Et il y a de quoi. En mai dernier, au Capitole, en France, lors de leur première participation, elles se sont brillamment illustrées dans leur catégorie respective. Anna Echevin (10 ans), Andelys de Poli (11 ans), Lola Yon (13 ans) et Fayrouz Boinaidhadji (11 ans), qui ont participé sous l'égide de la Fédération régionale de danse de la Réunion, ont ramené des médailles d'or et d'argent à leur école. Lors de ce concours, chacune des participantes pouvait présenter deux disciplines. C'est ainsi qu'Anna a remporté la première place dans la catégorie de danse contemporaine à l'unanimité du jury. Elle a aussi reçu le deuxième prix dans la catégorie Jazz. Au concours régional à la Réunion en mars dernier, la fillette avait décroché les trois premiers prix en Classique, Jazz et Danse contemporaine.
En classique aussi, le succès était de la partie avec Lola, médaillée d'or. Elle a aussi reçu le 3e prix en Jazz. Andelys a décroché elle aussi la médaille d'or dans la catégorie danse contemporaine. Les quatre élèves d'Eva Caillé et de Cécile Gonzalez sont également revenues avec des médailles en argent : Fayrouz et Andelys en Jazz. Plus familiarisées à la scène réunionnaise qu'à celle du Capitole et face à un jury composé de chorégraphes de renom, tels que Christina Hamel (danse classique), Kechana Sadok (jazz), Lisa Landry (danse contemporaine) et d'une salle pleine, les filles ont vu monter le stress. « Le concours s'est déroulé dans deux salles. Les filles étaient catapultées sur une scène qu'elles n'avaient jamais testée auparavant, et malgré ces conditions difficiles, elles ont pu donner le meilleur d'elles-mêmes », raconte Eva Caillé. Anna Echevin nous confie : « J'étais stressée au début, mais j'ai pu gérer ce stress pour donner le meilleur de moi-même ». Donner le meilleur d'elles-mêmes, c'est ce qu'ont fait à leur tour ses trois autres camarades, devenant ainsi championnes dans leur catégorie.
De quoi combler de bonheur et forcer l'admiration d'Eva Caillé et de Cécile Gonzalez. Pour Eva Caillé, la rigueur du travail a payé et cette victoire est la concrétisation des efforts du quotidien. « Elles se sont dévouées à 100%. Je suis tellement fière d'elles. Aujourd'hui il y a cette motivation et ce désir de réussir. C'est très gratifiant pour les profs », dit-elle.
Créé il y a dix ans à Grand-Baie, le Studio Centre de danse qui s'est installé depuis cinq ans à Beau-Plan compte deux profs et des assistantes en danse classique et danse contemporaine et accueille 145 élèves. Un lieu duquel émergent de jeunes talents.
Car ces derniers se mesurent chaque année aux élèves des écoles de danse de l'île de la Réunion et reviennent avec de nombreux prix. En mars dernier, elles étaient huit à remporter onze premiers prix régionaux. Soit onze passeports pour le concours national de la Confédération nationale en France. Ce concours accueille des candidats, filles, garçons, duos, ayant décroché le premier prix dans une ou plusieurs des disciplines représentées dans le cadre des concours régionaux. Depuis 2009, les élèves du Studio Centre de danse accumulent les premiers prix à la Réunion, mais sans avoir les moyens d'aller concourir en France. Mais cette année, nos médaillées régionales se sont retrouvées en Champagne, et le résultat est très satisfaisant, qui a su mettre notre petite île à l'honneur.
Aujourd'hui, les quatre médaillées ont pris davantage d'assurance. D'ailleurs, elles savent déjà ce qu'elles veulent faire plus tard : prof de danse ou danseuse à l'opéra pour Lola, prof de danse pour les autres. Ce qui laisse augurer d'une belle carrière à venir.


Cécile Gonzalez, professeur de danse contemporaine
Née au Cameroun en 1980 et après une enfance atypique en Afrique dont elle gardera l'importance du lien avec la terre dans la danse, Cécile intègre dès l'âge de 13 ans le Conservatoire National de Metz ou elle obtient en 2000 une médaille d'or en danse contemporaine. Elle décrochera l'année suivante le Premier Prix de Perfectionnement de Danse Contemporaine au conservatoire National de Lyon. En 2004, Cécile poursuit son parcours académique en obtenant son D.E (Diplôme d'Etat) au sain du R.I.D.C (Rencontres internationales de Danse contemporaine). Cette même année, elle reçoit la Bourse d'Etudes chorégraphiques à l'Etranger qui lui permet de continuer son perfectionnement pendant une année à la prestigieuse Merce Cunningham Dance Foundation, à New York. De retour à Paris, elle se tourne vers la scène, et travaille avec divers chorégraphes aux visions et techniques variées tout en transmettant sa passion au travers de cours pour danseurs amateurs et confirmés. Après un séjour d'une année en Australie, Cecile décide finalement de venir renouer avec ses origines en venant s'installer a l'ile Maurice en 2008 : C'est la naissance d'«Omada ». Aujourd'hui, alors qu'elle dirige la compagnie de danse «Omada», elle continue régulièrement les représentations sur la scène internationale. En 2010, Susan Buirge, chorégraphe de renom, la choisira pour interpréter un solo dans la pièce « Trois Terres », à Tours, puis a Tokyo a l'occasion de l'inauguration de l'année de la danse française.


Eva Caillé, professeur de danse classique et de modern jazz
Diplômée du London Studio Centre, U.K, en 1999 (B.A Hons Theatre dance & Contemporary dance), Eva commence à enseigner à Maurice dès 2002 et très vite participe à plusieurs projets. Elle produit des spectacles tels que West-Side Story (2002), Mouv'ance (2004), Jazz &Jazz (2010) et des galas d'écoles avec ses élèves. Aussi professeur de danse classique enregistrée au Royal Academy of Dance, elle enseigne le jazz et la danse moderne. Son parcours à ce jour aura aussi contribué à former des danseurs amateurs à enseigner académiquement par intérim et à développer une approche plus pédagogique. Chorégraphe, interprète et professeure, Eva rêve d'une société d'artistes pouvant évoluer dans leur métier et dépasser les frontières de Maurice. Le Studio centre de danse, qu'elle dirige, propose des cours pour tous les âges, dans les disciplines tels que le classique, le jazz et le contemporain. Les inscriptions se font en ce moment (tel : 5251-76-55).