La Présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, en fonction depuis le 5 juin 2015, a participé à sa première cérémonie protocolaire marquant la fête nationale, samedi dernier au Champ-de-Mars. Elle a été accueillie par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, et accompagnés du ministre des Arts et de la Culture, Santaram Baboo, ils se sont dirigés vers l’estrade aménagée devant le mât pour la cérémonie de lever du drapeau à 18 heures.
C’est sous le regard d’une petite foule, dont une grande partie avait choisi de s’installer le long de la route qui mène vers la Citadelle, que le public a suivi le déroulement de la cérémonie protocolaire pour le 48e anniversaire de l’indépendance de Maurice et le 24e de son accession au statut de République. Attendus pour 17 h 56 au Champ-de-Mars, l’invité d’honneur à cette cérémonie, le président Malgache Hery Rajaonarimampianina et son épouse ont été accueillis entre autres par la Présidente de la République et le Premier ministre avant d’être conduits à leur siège dans la tribune officielle par le chef du protocole.
Pour leur part, la garde d’honneur, l’équipe de jeunes de l’École de sourds de Beau-Bassin, présente pour signer l’hymne national et les constables à qui revenait la tâche de hisser le quadricolore au haut du mât, avaient déjà pris place sur le tarmac. Cette année encore, pour la quatrième fois (ndlr : depuis le 12 mars 2012), la WPC Valérie Arlanda a eu l’honneur de s’acquitter de cette tâche.
À 18 heures, alors que le drapeau est hissé au haut du mât, l’Orchestre de la police joue l’hymne national. Celui-ci est suivi d’une salve de 21 coups de canon. Première manifestation de la petite foule qui semblait surprise par ce bruit dans la sobriété du déroulement de la cérémonie protocolaire. Un moment empreint d’émotion.
La Présidente de la République, le Premier ministre et le ministre des Arts et de la Culture, escortés par le Commissaire de police, le Commandant de la Special Mobile Force et les aides de camp, quittent l’estrade et prennent place dans la tribune officielle. Entre-temps, la garde d’honneur se retire. Sans tarder, les invités et le public ont eu droit à un défilé aérien des hélicoptères et des avions de la force policière mauricienne et de l’hélicoptère de la force navale indienne. Les figures acrobatiques des hélicoptères de la police et surtout le vol à basse altitude, à quelques dizaines de mètres du sol, ont impressionné ceux qui ont fait le déplacement. Un défi aussi pour ceux qui auraient souhaité immortaliser ce moment exceptionnel. S’ils étaient trop nombreux à avoir manqué ce vol à basse altitude à l’arrivée de l’hélicoptère, plus avisés, ils ne l’ont pas raté à l’aller.
Cette présente cérémonie est aussi marquée par le retour des majorettes du Queen Elizabeth College après plus d’une décennie d’absence. L’invité d’honneur du pays a eu l’occasion de voir une démonstration d’autodéfense par l’aile féminine de la Force policière mauricienne et une démonstration d’arts martiaux par la Special Mobile force. L’orchestre de la SMF, qui existe depuis 1994, a offert une magnifique démonstration d’ordre serré sans commandement au son de la Cornemuse.
La force navale indienne était présente avec en outre une démonstration de son orchestre et sa participation au défilé après celui des forces disciplinées de Maurice, d’un détachement du deuxième Régiment français de Parachutistes d’Infanterie de Marine des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien et de la Défense nationale des Seychelles.
Les invités présents dans la tribune officielle et le public ont ensuite suivi un spectacle d’un quart d’heure mettant en avant les différentes composantes de la société mauricienne. La cérémonie a pris fin par un magnifique feu d’artifice. L’invité d’honneur a quitté les lieux à 19 h 41, suivi de la Présidente de la République et du Premier ministre. Celui-ci a salué la vice-Présidente de la République, Monique Ohsan-Bellepeau et le Commissaire de police, Mario Nobin avant de monter en voiture.
La cérémonie protocolaire a laissé place, à 20 heures, à un spectacle populaire. À cette heure-ci les alentours du Champ-de-Mars avaient un air de fête.