Dans le cadre de la célébration de la fête de la Divine Miséricorde pour toute l’Église, instituée par le pape Jean-Paul II en 2000, une messe a été célébrée hier après-midi au pied du Corps-de-Garde, à Camp-Levieux.
Cette célébration solennelle était présidée par l’évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, assisté du curé de la paroisse de l’église Sainte-Anne et de la chapelle Sainte-Odile, à Camp-Levieux, le père Maria Paschal Sundaram, et du vicaire, le père Pierre-René Guichoux. Elle a été l’occasion pour la communauté chrétienne de cette paroisse de faire une demande aux responsables de la propriété sucrière de Médine pour qu’un lopin de terre soit accordé sur le flanc de la montagne du Corps-de-Garde pour y ériger un sanctuaire consacré au Christ miséricordieux. Instituée par le comité de Fraternité Shalom, cette demande a eu l’approbation du diocèse de Port-Louis, qui après consultation avec le conseil presbytéral, en a fait un projet diocésain.
Le curé de l’église Sainte-Anne, le père Paschal Sundaram, a rappelé que le pape François a proclamé que 2016 serait une année sainte de la Miséricorde, qui débutera le 8 décembre 2015, jour de la fête de la solennité de l’Immaculée Conception, pour prendre fin le 20 novembre 2016. Mgr Maurice Piat a axé son homélie sur l’évangile du deuxième dimanche après Pâques, notamment les paroles du Christ ressuscité auprès de ses disciples qui l’avaient abandonné lors de sa crucifixion et qui, honteux de leur lâcheté, s’étaient enfermés dans leur malaise. Selon la Bible, les premiers mots de Jésus à ses apôtres après sa résurrection étaient : « La Paix soit avec vous ». Leur pardonnant de leurs pêchés, il les avait envoyés en mission pour être des apôtres de la miséricorde, leur enseignant qu’il n’y avait pas de paix sans pardon. L’évêque de Port-Louis a souligné que ce message s’adressait aussi à tous les chrétiens, les enjoignant à en faire de même. Le père Sundaram a pour sa part tenu à remercier la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill pour l’aide apportée pour que la célébration ait lieu dans des bonnes conditions grâce au défrichement du terrain et la présence de la force policière pour le service de maintien d’ordre.