Le DJ mauricien des chaudes nuits françaises sort son premier album, sur lequel il offre précisément ce que l’on n’attendait pas de lui. De la house, certes, mais aussi du rock, du funk et du slow. Jimmy Gassel a puisé dans ses vieilles références musicales pour ce dix-titres qui sort de la boîte de nuit pour aller vers un public plus large. Lancé à Maurice le 1er décembre, il a été imaginé pour le marché international. Le titre Friends, chanté par Laura Beg, prend déjà son essor. Sur l’album, le DJ fait aussi chanter Dave Dario, Kay Figo, Konshens, Nitin Duva-Pentiah, entre autres.
Pour parler des références musicales vers lesquelles il s’est tourné pour cet album, il nous ramène vers les préférences de ses grands-parents : Engelbert Humperdinck, Tino Rossi et les autres grandes voix de l’époque. Nourri à la musique par un père musicien, il s’est abreuvé très tôt du rock et des riffs de Dire Straits, de la pop de Michael Jackson, du funk de Cool and the Gang et de tout ce qui rendait les années 80-90 glorieuses. Coldplay et Sam Smith se sont aussi glissés dans ses playlists. Qu’il fasse danser les foules à Maurice et en Europe ne signifie pas pour autant que Jimmy Gassel n’est que house ou clubbing en matière de musique. Du coup, quand il a senti qu’il était temps pour son premier album d’éclore, le DJ a choisi d’inclure tout ce qui lui fait plaisir “afin de transporter le public dans mon univers”.