AVINASH SUSTY : La photo poétique

Les photos d’Avinash Susty racontent une histoire. Pour ce jeune photographe amateur, elle se veut créative, poétique voire mystique pour titiller l’imagination et surtout susciter l’intérêt à découvrir d’autres facettes du paysage local. Avec la lumière comme meilleur allié, cet habitant de Tyack se construit peu à peu une collection d’images hautes en couleur qu’il présente à Scope.
Il y a des images capables de capter votre attention au point de vous transporter ailleurs. C’est exactement ce que recherche Avinash Susty lorsqu’il part à l’aventure muni de sa caméra. “Je n’ai jamais une idée bien précise en tête. Je me laisse porter au feeling et je me contente de prendre ce qu’on veut bien m’offrir sur le moment présent”, explique-t-il. C’est d’ailleurs pour ne pas se priver de cette liberté et plaisir d’aventurier qu’il préfère, pour l’instant, ne pas franchir le cap de photographe amateur vers celui de professionnel.
C’est uniquement après avoir appris quelques techniques de base que cet autodidacte a pris goût à immortaliser les mille et unes facettes de Maurice. Pour l’instant, il nous confie que “je ne veux surtout pas me mettre la pression ni brûler les étapes. La photographie est un domaine qui ne cesse d’évoluer et on apprend toujours quelque chose de nouveau. Ma passion pour l’image se confirme et je ne cesse de découvrir le monde de la photo”. Outre d’avoir rejoint les Photographes Amateurs de l’île Maurice (PAPM) et participé à une exposition organisée par le CAP (Cercle des Artistes Photographes), ce technicien d’aviation de métier consacre presque tout son temps libre à pratiquer, s’améliorer et explorer des techniques d’exposition longue afin de donner une touche particulière à ses photos.
À la conquête du Sud.
Cela fait bientôt huit ans qu’Avinash Susty s’est mis à la photo, fortement encouragé par sa famille et ses amis. “Auparavant la photo était un passe-temps juste amusant. Puis j’ai commencé des photos de rue et les portraits”, dit-il. Puis, progressivement, il s’est mis à nourrir et faire grandir sa passion de la photographie en allant à la conquête des différents aspects de la nature présents dans son environnement quotidien. En effet, cet habitant de Tyack est profondément enraciné dans cette région du Sud. “J’aime sillonner la côte sud pour y découvrir les endroits un peu particuliers souvent peu accessibles mais qui sont des sites d’exception. J’ai la ferme conviction que le Sud est une région magnifique que l’on ne connaît pas assez”, souligne le trentenaire.
Une passion pour une cause.
Une attirance particulière qu’il prend énormément plaisir à transformer en jouant avec l’exposition et la lumière. Même s’il dit ne pas avoir de style, les photos d’Avinash Susty ont une touche poétique et mystique. Une approche qui lui permet de combiner sa passion de la photo avec l’environnement, autre domaine qui, nous avoue-t-il, lui tient très à cœur. Le jeune homme a réalisé une collection d’images prises au hasard des côtes parmi une série mettant en avant les problèmes d’érosion des plages. “Beaucoup de personnes à Maurice ne mesurent pas l’importance de ce phénomène qui a significativement augmenté. L’érosion est un fléau qui fait beaucoup de dégâts sur nos plages. C’est vraiment important d’y accorder plus d’attention. Je compile pas mal d’images sur ce thème et j’aimerais en faire une collection documentaire que je voudrais exposer un jour.”
Au fil de son aventure photographique, les différentes compositions d’Avinash Susty captent l’attention du public. De quoi l’encourager à se donner encore plus à fond “L’important c’est d’abord de montrer des images de Maurice inédites, loin des vieux clichés. À chacune de mes sorties, j’essaie de trouver le bon angle, la bonne lumière afin d’offrir aux gens des photos originales racontant une histoire qui soit capable de les toucher comme moi j’arrive à le voir et le ressentir.” Peu fan des logiciels pouvant transformer les images, le jeune homme se contente de quelques filtres. “Je veux juste que mes photos soient plus proches du réel, comme à l’œil nu afin de ne rien perdre dans leur âme. Je recherche le bon équilibre entre la transformation et la préservation de l’authenticité de chaque image”.
S’exposer pour mieux partager.
Grâce à Facebook ou Instagram, le photographe donne aujourd’hui une nouvelle dimension à son art riche en couleurs, paysages et portraits. Ce mode de communication et partage avec le public lui est venu inopinément après la publication d’un cliché d’un marchand ambulant de la capitale “J’ai remporté le premier prix d’un concours sur Instagram. Ma photo avait été proclamée Photo of the Month, puis est devenue Photo of the Year. Même si à mes yeux elle n’est pas une de mes meilleures réalisations, tout cela m’a donné confiance pour aller de l’avant avec la pratique de ce qui est devenu pour moi une vraie passion”, nous confie-t-il Les appréciations tout autant que les critiques l’aident à prendre de l’assurance, surtout qu’Avinash Susty, de nature plutôt discrète, préférait jusqu’ici se cacher derrière l’objectif. Cependant, à l’avenir, le photographe amateur compte définitivement sortir de l’ombre car “c’est le seul moyen si je veux que mes clichés servent à quelque chose.”