Même si le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, a indiqué à la Chambre que le deal de BA Exchange, avec les guichets de Western Union, pour un montant de Rs 250 millions devait être conclu aujourd’hui, une objection de dernière heure de la Banque de Maurice est venue remettre en question cette affaire. En effet, au terme de son exercice de Due Process, le régulateur du secteur bancaire a refusé d’accorder son feu vert en raison de certains détails sur les Credentials d’un des actionnaires de la société, dont l’offre a été retenue.
Le partenaire sud-africain, qui a pour partenaire minoritaire un ressortissant mauricien basé en Grande-Bretagne, compte solliciter un rendez-vous aujourd’hui à la Bank of Mauritius en vue de « clear any misunderstanding ». Il compte faire prévaloir sa présence dans le secteur Offshore à Maurice au cours de ces quinze dernières années pour convaincre qu’il est une « Fit and Proper Person » selon les dispositions de la Banking Act.
Entre-temps, le Special Administrator de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, n’a d’autre choix que d’aller fouiller dans le dossier d’appel d’offres de BA Exchange pour dépoussiérer le plan B. La société, ayant soumis la « Next Best Bid »,  a déjà été approchée à cet effet au cas où le problème avec la Banque de Maurice demeure entier. La principale difficulté était que cette soumissionnaire avait proposé d’étaler le paiement de l’offre en trois tranches au lieu d’une.
Sur un autre plan, de délicates négociations sont actuellement engagées avec le Preferred Bidder, soit Omega Ark International plc, pour la reprise de la clinique Apollo-Bramwell. Omega Ark International plc, qui a soumis la semaine dernière une offre de Rs 1,8 milliard, est revenue à de meilleurs sentiments avec un Topping de Rs 200 millions pour porter l’offre à Rs 2 milliards. D’ici la fin de la semaine, les conseils d’administration de la National Insurance Company, propriétaire de l’immeuble abritant les services de la clinique au Réduit Triangle, et la National Health Company sous le ministère des Finances, devront décider de la marche à suivre par rapport à l’offre de Rs 2 milliards ou s’il faut revoir le plan B avec un Management Contract de la clinique, soit à une société mauricienne, soit à des intérêts sud-africains…