Les travaux en cours à Baie-du-Tombeau

Les pêcheurs de la région de Baie-du-Tombeau s’élèvent contre des travaux de comblement en cours dans leur localité. Ils ont été invités par le service des “Fisheries” à retirer leurs barques pour permettre les travaux. Ce qui les intrigue, c’est que les travaux se tiennent sur une partie de la plage uniquement, justement où se trouve le campement de la famille Jugnauth.

Ils se demandent ainsi si ces travaux visent bien à réduire l’érosion, comme l’a avancé le ministre Etienne Sinatambou, ou si c’est « pour accommoder les propriétaires » des campements. Cette région de Baie-du- Tombeau abrite habituellement les barques des pêcheurs de la localité. C’est aussi un lieu où ces derniers viennent chercher les appâts pour la pêche au thon et les algues pour les casiers. Mais depuis que le comblement est en cours, c’est une eau boueuse qui a envahi les lieux. Qui plus est, ils ont été priés d’aller amarrer leurs barques ailleurs pour ne pas entraver les travaux. Ce qu’ils ont refusé de faire.

Selon Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs (SDP), qui s’est rendu sur les lieux hier, il y a un manque de transparence autour de ce projet. « Nous sommes allés voir le ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, pour avoir des explications sur la nature de ces travaux et il nous a dit qu’il s’agit de travaux pour combattre l’érosion. Cependant, ce qui nous intrigue, c’est que les travaux se tiennent sur une partie de la plage seulement. Donc, est-ce vraiment pour empêcher l’érosion ou pour accommoder deux ou trois campements qui se trouvent là ? » se demande-t-il. Les pêcheurs font ainsi remarquer que le démarquage pour contenir les sédiments s’arrête devant le campement de la famille Jugnauth. « Estce qu’on a rendu ces travaux publics ? Généralement, quand il y a de tels projets, on en parle et on dévoile même le montant alloué pour les travaux. Mais là, on ne sait rien. Le ministre Sinatambou nous a simplement dit qu’il y a eu des consultations avec les habitants de la localité. Mais les pêcheurs ne sont pas au courant. Le ministre n’a pas pu non plus nous donner un procès-verbal de ces consultations. »

Judex Rampaul précise que les pêcheurs ne sont pas contre le développement, mais qu’ils souhaitent qu’il « profite à tous, et non pas à quelques-uns » seulement. « On a demandé aux pêcheurs d’enlever leurs barques, mais a-t-on prévu un autre endroit pour eux. Prévoit-on de faire les aménagements nécessaires sur place une fois les travaux complétés ? Nous n’en savons rien. » Il fait aussi remarquer que la mi-octobre marque le début de la saison de la pêche au thon. Avec le comblement en cours, ils ne peuvent plus chercher les appâts sur place.

« Tout le monde vient ici pour les appâts et les algues. Où allonsnous en trouver maintenant ? » se demandent les pêcheurs. Judex Rampaul ne cache pas non plus son étonnement qu’on ait choisi de combler la mer pour combattre l’érosion. « Généralement, on met des gabions partout, mais ici, on a opté pour le comblement. Et nous ne savons pas encore jusqu’où on va combler puisqu’il n’y a aucun panneau, ni aucune information qui nous a été communiquée. » Alors que les pêcheurs étaient massés sur le site des travaux hier, il nous revient qu’une réunion pourrait être organisée entre les différentes parties bientôt.