•  Le ministère de la Pêche leur demande d’aller amarrer leurs pirogues hors des limites du port et chercher les appâts ailleurs
Après des semaines de négociations, les pêcheurs de Roche-Bois et de Baie-du-Tombeau ont été priés de libérer l’espace pour les travaux en cours. Ceux-ci ont lieu à proximité du bungalow des Jugnauth à Baie-du-Tombeau et visent à contrôler l’érosion, selon le ministère de l’Environnement.

 

Cela fait trois mois que les travaux ont été stoppés à Baie-du-Tombeau en raison du conflit entre les pêcheurs et les autorités. Les premiers avaient été priés d’enlever leurs embarcations, pour permettre le déroulement des travaux. Ils ont refusé d’obtempérer car, disent-ils, c’est là qu’ils viennent récupérer des algues et les appâts depuis des années. De même, leurs pirogues ont toujours été amarrées à cet endroit.

Après plusieurs réunions organisées par le ministère de l’Environnement, le dossier a été transféré au ministère de la Pêche. Lundi dernier, Mamed Assenally, président de l’association des pêcheurs de Baie-du-Tombeau, a reçu une lettre de ce ministère, leur demandant de quitter les lieux.

« As per Port (Operation and Safety) Regulations 2005 made under section 98, no person shall fish or bathe within the limits of a port. So fishermen do not have the right to collect live fish baits and or to moor their boats within the port limits restricted area », mentionne-t-on dans ce courrier.

Or, dit Mamed Assenally, les pêcheurs ont toujours utilisé cet endroit pour amarrer leurs pirogues et collecter les appâts. Pourquoi ce changement subit, se demande-t-il. De plus, poursuit-il, les pêcheurs payent un permis de Rs 200 chaque année pour pouvoir collecter les appâts, nécessaires à leur activité.

Sollicité pour des précisions sur cette situation, le service de communication du ministère de la Pêche a confirmé que les pêcheurs ne peuvent plus occuper les lieux à Baie-du-Tombeau. « Des travaux sont en cours et comme le dit la loi, ils ne peuvent pratiquer dans les limites du port. Il leur a été demandé de trouver un autre endroit pour amarrer leurs pirogues et collecter des appâts et nous leur donnerons l’assistance nécessaire pour cela. »

Même si la lettre du ministère ne donne aucun délai pour quitter les lieux, Mamet Assenally dit avoir appris du contracteur que les travaux devraient reprendre incessamment. Ce dernier déplore également le fait que « le ministère ait attendu l’absence de Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs du pays, pour prendre une telle décision ».

De même, Mamed Assenally dit s’être renseigné auprès d’un responsable du port, ce dernier affirmant que la direction du port n’a rien à voir avec cette affaire. La lettre du ministère de la Pêche demande également aux pêcheurs de Roche-Bois et de Baie-du-Tombeau de ne plus interférer avec les travaux en cours.