Même s’il y a foule dans les rues, les affaires ne marchent pas aussi fort qu’on pourrait le croire. La baisse du pouvoir d’achat des familles fait que cette période généralement colorée est devenue plutôt morose. Dans les villes et les villages, on attend le versement du bonus de fin d’année pour voir les affaires repartir. Ce qui est sûr, c’est qu’avec un faible pouvoir d’achat, le Mauricien se montre assez responsable et vigilant. Il pense déjà au mois de janvier et aux dépenses qui l’accompagneront.
“Il ne faut pas se fier aux apparences. Même si le magasin est rempli de gens durant toute la journée, ils ne sont pas forcément là pour acheter des produits. Beaucoup marchandent mais n’achètent pas pour l’instant. Ils disent qu’ils reviendront bientôt”; confirme un commerçant de la capitale. Un peu partout, c’est le même constat : il y a foule dans les rues, mais la vente se fait toujours au ralenti.
Un sentiment d’hésitation et de réticence plane autour de cet exercice très folklorique auquel on assiste chaque année au mois de décembre. Certains s’y sont déjà mis, mais tel n’est pas le cas pour un grand nombre de Mauriciens. Ils sont nombreux à compter sur le bonus de fin d’année – qui sera remis dans la plupart des entreprises autour du 20 décembre – pour faire leurs achats. Il faut reconnaître que l’année qui s’écoule n’a pas été aussi sereine pour de nombreux foyers. Même les autorités parlent de la baisse du pouvoir d’achat des Mauriciens.